Covid-19 : "Si vous voulez être en forme pendant les fêtes, c'est maintenant qu'il faut se protéger", prévient Anne-Claude Crémieux

L'infectiologue Anne-Claude Crémieux incite à remettre le masque dans les transports. Il protège contre les trois épidémies en cours, Covid, grippe et bronchiolite, rappelle-t-elle.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Anne-Claude Crémieux, membre de l'Académie nationale de médecine et professeure de maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Louis à Paris, sur franceinfo le 24 octobre 2022. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Si vous voulez être en forme pendant les fêtes, c'est maintenant qu'il faut se protéger", prévient la professeure de maladies infectieuses Anne-Claude Crémieux, mercredi 30 novembre sur franceinfo. Elle se joint à l'appel solennel d'Élisabeth Borne à remettre le masque dans les transports face à la neuvième vague de Covid-19.

>> "Le virus n'a pas disparu" : face au rebond de l'épidémie de Covid-19, Élisabeth Borne appelle à porter le masque dans les transports en commun

"Mettez des masques, mettez des masques quand l'incidence, l'augmentation du coronavirus est aussi importante. C'est le cas aujourd'hui", alerte la membre de l'Académie nationale de médecine et des technologies. Alors que les épidémies de grippe et de bronchiolite touchent également la France, l'infectiologue rappelle que le masque est "efficace" contre ces trois infections respiratoires.

Anne-Claude Crémieux appelle "les personnes à risques à se protéger dès qu'elles sont en milieu confiné". "La protection c'est un rappel vaccinal, lorsque l'ancien date de plus de six mois", précise-t-elle. L'infectiologue affirme d'ailleurs que le vaccin dont on dispose actuellement contre le variant Omicron "s'avère plus efficace que le premier vaccin".

"Il faut utiliser les vaccins dont on dispose contre la grippe, contre le Covid-19." 

Anne-Claude Crémieux, professeure de maladies infectieuses

à franceinfo

"À ce jour, nous ne voyons pas d'autres variants qui viennent de loin et qui pourraient mettre en cause notre couverture immunitaire", rassure toutefois Anne-Claude Crémieux. "Il y a une immunité croisée mais elle baisse rapidement contre les infections. On dit qu'au bout de trois mois on est pratiquement plus protégé", explique l'infectiologue. "Elle baisse aussi contre les formes sévères au bout de six mois, jusqu'à 60%, c'est pour cela qu'on demande aux gens à risque de se faire revacciner régulièrement", résume-t-elle.

Concernant le risque d'attraper la grippe et le Covid, Anne-Claude Crémieux estime qu'il y a "très peu de co-infections" mais appelle à la vigilance. "On va voir ce que ça donne au niveau de la population, si on a les deux pics en même temps, ce qui serait catastrophique pour les hôpitaux", conclut l'infectiologue.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.