Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : "On n'a jamais connu" autant d'activité en pharmacie, décrit le porte-parole de l'Union syndicale des pharmaciens d'officine

Selon Gilles Bonnefond, interrogé jeudi sur franceinfo, la ruée sur les tests de dépistage du Covid-19 en pharmacie "encombre le système" SI-DEP, qui permet de récupérer les résultats.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un homme subit un test antigénique contre le Covid-19, le 4 janvier 2022 dans une pharmacie de Concarneau (Finistère). (FRANCOIS DESTOC / MAXPPP)

Avec "plus de 1,2 million de tests antigéniques" et près de 700 000 tests PCR "par jour", une vaccination qui "accélère" et toute "l'activité classique en hiver", "il y a trop d'activité dans les pharmacies", déclare jeudi 6 janvier sur franceinfo Gilles Bonnefond, le porte-parole de l’Union syndicale des pharmaciens d’officine. "On n'a jamais connu une telle situation." Cette activité exceptionnelle entraîne d'ailleurs des "ralentissements" de la plateforme SI-DEP qui permet de délivrer les résultats des tests. "On est en train de réguler ça avec les services techniques", précise Gilles Bonnefond.

franceinfo : Les pharmacies sont-elles débordées en ce moment ?

Gilles Bonnefond : On est à plus de 1,2 million de tests antigéniques par jour. On a de plus en plus de positifs. C'est la conséquence des brassages classiques des fêtes et des réunions de famille. Parallèlement, la vaccination accélère avec à la fois des primo-vaccinations, des rappels avant le 15 janvier pour ne pas perdre son pass sanitaire et la vaccination des enfants qui, certes, ne se fait pas en pharmacie mais qui déporte des rendez-vous vers des pharmacies. Il faut ajouter à tout cela l'activité classique en hiver, qui est quand même assez chargée. On n'a jamais connu une telle situation.

Sur la vaccination, vous constatez donc qu'il y a de plus en plus de primo-injections ?

On a d'abord beaucoup de demandes de renouvellement classique avec la troisième dose, mais on a aussi des demandes de primo-vaccination. Des gens finissent par se faire convaincre, et trouvent plus facile et plus personnalisé de venir voir son professionnel de santé habituel qui arrive à le convaincre pour se vacciner. C'est parfois plus facile que dans des centres de vaccination où on ne connaît personne. On arrive à convaincre des patients de franchir le pas et de les rassurer sur cette vaccination.

Une des conséquences de cette activité exceptionnelle c'est la surcharge de la plateforme SI-DEP qui permet de délivrer les résultats des tests ?

C'est embêtant parce que plusieurs fois, malheureusement, le site d'enregistrement a été ralenti. Il y a trop d'activité et à certaines heures, les biologistes renvoient tous en même temps leurs résultats. Ça encombre le système, parce que eux aussi font énormément de tests PCR. Donc, on est en train de réguler ça avec les services techniques du SI-DEP. Alors bien sûr, quand on voit une pharmacie qui est complètement débordée, il faut accepter que les délais soient un peu plus longs. Mais je trouve globalement que, même si bien sûr tout ça est un peu agaçant, que l'ensemble des Français est plutôt reconnaissant du travail effectué par les pharmaciens et l'agressivité est très rare.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.