Covid-19 : le gouvernement a-t-il transformé un hôpital parisien en restaurant gastronomique ?

Contrairement aux propos de la publication relayée par le président des Patriotes Florian Philippot, l'Hôtel-Dieu n'a pas été fermé en pleine crise sanitaire pour être converti en restaurant gastronomique. Mais le projet de transformation d’une partie de l’hôpital existe bien.

Article rédigé par
Nina Jackowski - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un article publié par un site animé par la Farnce insoumise affirme que le gouvernement aurait décidé de transformer un hôpital en restaurant en pleine crise sanitaire (Capture d'écran Facebook)

"On rêve...", s'exclame le président du parti Les Patriotes Florian Philippot sur son compte Facebook en relayant une capture d'écran d'un article affirmant ceci dans son titre : "Incroyable : en plein Covid, un hôpital fermé à Paris pour en faire... un restaurant gastronomique".

Le texte précise que cette décision a été prise lundi 2 novembre "par le gouvernement". La publication de Florian Philippot, partagée plus de 4 000 fois sur Facebook, en l'espace de quatre jours, est en fait issue d'un article issu du site internet L'Insoumission, animé par la France insoumise. Ce que ne précise pas l'ancien bras droit de Marine Le Pen.

Le gouvernement a-t-il vraiment décidé de fermer un établissement à Paris alors que les hôpitaux d'Île-de-France sont sous tension en raison de l'épidémie de Covid-19 ? On vous explique pourquoi ce n’est pas si simple.  

Un arrêt "temporaire" pour renforcer les effectifs des hôpitaux voisins

L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé le 3 novembre, lors d'une conférence de presse, avoir décidé de transférer une partie du personnel de l’Hôtel-Dieu pour venir en soutien d’un établissement voisin dans ce contexte sanitaire tendu. Mais cette fermeture sera "temporaire", le temps du pic épidémique, affirme la direction de l'AP-HP.

Cet arrêt ne concerne par ailleurs pas l'ensemble de l'hôpital mais uniquement le service des urgences, contrairement à ce que laisse penser la capture d’écran. Concrètement, "une quinzaine d'infirmiers spécialisés et 18 aides-soignantes", précise le professeur Alain Cariou, directeur médical de crise du groupement Centre-Université de Paris lors d'une conférence de presse. 

Par ailleurs, le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, a précisé que "tous les services d'urgences voient leur activité diminuer en ce moment. Celui de l'Hôtel-Dieu a, en période normale, "le plus petit nombre de passages", s'est justifié le patron des Hôpitaux de Paris. D'après les données communiquées à franceinfo par l'AP-HP, ce service des urgences a connu 26 passages en 24 heures sans aucune hospitalisation de courte durée de dimanche à lundi matin.

De son côté, le collectif inter urgences dénonce "une perte de chance pour les usagers, une surcharge de travail pour les urgences alentours et une mobilité des soignants de l'Hôtel-Dieu en 24 heures."

"Aucun lien" entre la fermeture des urgences et le restaurant gastronomique

 Le projet du restaurant gastronomique, lui, existe bien. En mai 2019, le développeur immobilier Novaxia a remporté un appel à projet pour rénover un tiers du site parisien, situé à deux pas du parvis de la cathédrale Notre-Dame. Des terrasses de cafés dans les cours, un jardin central ouvert à la promenade, des commerces… et un restaurant gastronomique, l’Hôtel-Dieu ne sera bientôt plus uniquement un hôpital.  

De son côté, l’APHP insiste auprès de franceinfo : "Il ne faut voir aucun lien entre la fermeture temporaire des urgences de l’Hôtel-Dieu et les projets prévus à l’Hôtel-Dieu". Elle précise que "ces surfaces commerce / restauration du projet Novaxia représenteront moins de 10% des surfaces de l’Hôtel-Dieu". Et de rappeler les autres versants du projet, notamment un pôle solidaire, avec la création d’une résidence sociale étudiante, et santé avec un incubateur de biotechnologies.  

Si le sujet est sensible, c'est qu'il y a un précédent. Le 4 novembre 2013, l'AP-HP,  avait annoncé la fermeture du service des urgences de l'Hôtel-Dieu avant de renoncer à son projet. Face aux craintes liées projet de rénovation, l’APHP assure à franceinfo que "l’hôpital ne sera jamais fermé, et disposera en permanence d’un service d’urgences".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.