Covid-19 en Italie : le Premier ministre pointe la responsabilité d'un hôpital dans la propagation du virus

Dénonçant des "initiatives autonomes injustifiées", Giuseppe Conte a affirmé lundi que "les protocoles de prudence recommandés" n'a pas été suivi et que "cela a certainement contribué à la diffusion" du virus.

Des membres de la police douanière et financière italienne, portant des masques de protection contre le nouveau coronavirus, contrôlent un véhicule à Casalpusterlengo (Italie), le 24 février 2020. 
Des membres de la police douanière et financière italienne, portant des masques de protection contre le nouveau coronavirus, contrôlent un véhicule à Casalpusterlengo (Italie), le 24 février 2020.  (YARA NARDI / REUTERS)

L'origine de la propagation rapide du coronavirus Covid-19 en Italie se précise, d'après les autorités. Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a pointé la gestion "pas complètement appropriée" d'un hôpital, lundi 24 février, pour expliquer l'épidémie et son expansion rapide dans le nord du pays. 

>> Coronavirus Covid-19 : suivez l'évolution de l'épidémie dans notre direct

"Il est clair qu'il y a un foyer et que c'est de là que [le virus] s'est répandu", a déclaré Giuseppe Conte sur la chaîne publique Rai Uno. "Désormais c'est connu, il y a eu une gestion au niveau d'une structure hospitalière pas complètement appropriée selon les protocoles de prudence recommandés dans tels cas, et cela a certainement contribué à la diffusion." Et de fustiger des "initiatives autonomes injustifiées".

Plus de 200 contaminations en 4 jours

Le principal foyer de l'épidémie a été identifié à Codogno, près de Lodi, à 60 km au sud de Milan. C'est dans cette localité de 15 000 habitants qu'a été hospitalisé un homme de 28 ans considéré comme le "patient 1". La Lombardie est ainsi devenue la région la plus touchée du pays, avec 172 cas détectés sur un total de 229 en Italie.

Le nombre de cas de contamination au nouveau coronavirus est resté stable lundi en Italie, mais le bilan de l'épidémie est désormais de sept morts. Le pays tente d'endiguer la contagion grâce à un cordon sanitaire instauré autour de onze communes du nord du pays, considérées comme le foyer de l'épidémie.

La soudaine flambée depuis vendredi des cas, passés de 6 à 229 en quatre jours, a fait de l'Italie le pays le plus touché en Europe et le troisième au monde, après la Corée du Sud et la Chine.