Covid-19 : "Il y a encore pas mal de zones de flou" sur les fêtes de mariage, pointe une organisation professionnelle

À quelle heure les salles devront-elles fermer ? Sera-t-il possible de danser ? L'Union des professionnels solidaires de l’événementiel regrette un manque de précisions de la part du gouvernement, des réponses pourtant réclamées "depuis un mois et demi".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des mariés attendent le Pape, au Vatican, en septembre 2020 (illustration). (VINCENZO PINTO / AFP)

"Toute la question est de savoir si les lieux de réception doivent fermer à 21 heures ou 23 heures", a interrogé Brice Etienne, le vice-présidente de l’Union des professionnels solidaires de l’événementiel (UPSE), à propos de la tenue des fêtes de mariage ces prochains mois. À partir du 19 mai, ces célébrations vont pouvoir reprendre, mais les conditions restent à préciser.

>> Covid-19 : suivez la situation en direct

franceinfo : Savez-vous si vous allez pouvoir organiser des mariages cet été ?

Brice EtienneIl y a encore pas mal de zones de flou. Le 19 mai, les fêtes de mariage vont pouvoir commencer à se tenir de nouveau. Dans un premier temps, exclusivement en extérieur, entre le 19 mai et le 9 juin, puis un petit peu en intérieur pour la partie repas à partir du 9 juin, puis au-delà du 30 juin, a priori, sans restrictions et sans jauge. Concrètement, il y a ce couvre-feu qui reste une vraie interrogation : 21 heures dans un premier temps et 23 heures dans un second temps. Toute la question est de savoir si les lieux de réception doivent fermer à 21 heures ou 23 heures. Et du coup, la fête doit-elle s'arrêter et être réorganisée en journée ? Ou est-ce que les personnes qui restent dormir dans le lieu pourraient continuer à célébrer un dîner ou autre comme ils l'entendent ?

Concrètement, sera-t-il possible de danser, faudra-t-il un pass sanitaire ?

À l'intérieur, c’est clairement impossible. Cela ne sera pas avant le mois de juillet. En revanche, on n'a même pas la certitude que les pistes de danse en extérieur puissent se tenir. Cela fait partie des réponses qu'on attend et qu'on n'a toujours pas et qu'on demande depuis un mois et demi, deux mois. Les événements de moins de 1 000 personnes ne sont pas assujettis à l'obligation du pass sanitaire. Néanmoins, on pense que c'est du bon sens. D’une part, on a mis en place un protocole sanitaire pour l'ensemble des prestataires annexes autour d'un mariage. Et puis une charte de bonne conduite entre les mariés, les invités et les prestataires pour que chacun respecte au maximum le protocole sanitaire de chaque métier. Tous les intervenants, les coiffeurs, les maquilleurs, la décoration, DJ, etc. Chacun à sa mesure peut mettre en place des gestes barrières, des protocoles, désinfecter les micros, par exemple, entre chaque utilisation.

Êtes-vous optimiste, malgré tout ?

Le planning est déjà bouclé. Toute la question est de savoir si les mariages vont se maintenir en juin. C'est là tout l'enjeu. Nous l'étions globalement, puisque le président nous avait écrit pour dire que les mariages pourraient se tenir. Au vu des annonces du Premier ministre, un peu moins, je vous l’avoue. On attend de manière un peu tendue les annonces de ce soir [Jean Castex est l'invité du JT de France 2 à 20 heures] et le décret qui va en découler.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.