Covid-19 : face à la hausse du prix des matières premières, les industriels s'inquiètent

Ces hausses s'expliquent par la forte reprise économique au cours du second semestre 2020, alors que les producteurs avaient réduit leur production lors des confinements.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une entreprise d'ustensiles de cuisine au Val-d'Ajol (Vosges), le 19 septembre 2018. (MAXPPP)

Hausses de prix, délais de livraison allongés, pénuries... Les industriels tirent le signal d'alarme face à la situation sur les marchés des matières premières, de l'acier au plastique. "On a un tissu d'entreprises, de PME, globalement en assez bonne forme, pour certaines avec un beau carnet de commandes, (...) avec une trésorerie tout à fait saine, et qui vont être obligées de fermer parce qu'elles n'auront plus de quoi travailler", s'inquiète Philippe Contet, directeur général de la Fédération des industries mécaniques (FIM), mardi 23 février.

En cause, la hausse des prix des produits métallurgiques depuis quelques mois et des délais d'approvisionnement allongés. L'indice FIM Mecastar de la fédération a ainsi enregistré des augmentations de 10% à 40% sur la période septembre-décembre 2020 pour plusieurs matières premières comme l'aluminium, le bronze en lingot, le fil de cuivre, le laiton en lingot... 

Pénurie de plastique et de cuivre

Cela s'explique entre autres par la forte reprise économique au cours du second semestre, notamment dans l'industrie et le bâtiment, ainsi que par la demande asiatique et en particulier chinoise très soutenue, alors que les producteurs avaient réduit leur production pour s'adapter à une demande en berne au moment des confinements.

Les utilisateurs de plastiques sont dans la même situation avec un "phénomène de raréfaction, de pénurie [qui] provoque une forte hausse des prix", constate Jean Martin, délégué général de Polyvia, la fédération professionnelle du secteur plasturgie et composites. En janvier, les augmentations de prix se sont établies entre 5% et 25%. "On voit apparaître, et c'est encore plus inquiétant, des ruptures", souligne-t-il. Les répercussions commencent à se faire sentir, avec du recours au chômage partiel et des arrêts de chaînes de production faute de matière première disponible.

Le syndicat des fabricants de câbles, Sycabel, a également lancé l'alerte : le cuivre a augmenté de 30% en dix mois, l'aluminium de 22% et "les matières plastiques, dont les cours sont liés à celui du pétrole, connaissent une évolution similaire." "De telles hausses de prix des matières premières devront nécessairement être répercutées dans les prix des câbles", prévient le Sycabel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.