Covid-19 : entre scepticisme et espoir, la vaccination débute pour les personnes âgées

Dimanche 27 décembre débute la première phase de la campagne de vaccination en France. Elle concerne les personnes âgées, notamment en Ehpad. Romain Gizolme, directeur de l’Association des directeurs au service des personnes âgées, était l’invité du 23h de Franceinfo.

franceinfo

Le top départ de la campagne de vaccination a été donné dimanche 27 décembre en France. Dans un premier temps, ce sont les personnes âgées, notamment dans les Ehpad, qui sont concernées. "Ça va concerner quelques dizaines de personnes au départ, c’est un lancement symbolique de la campagne, estime Romain Gizolme, directeur de l’Association des directeurs au service des personnes âgées. Mais par la suite, ce sera pour autant de personnes qui le souhaitent, autant les résidents des établissements que le personnel qui peut être en danger face au virus".

Un travail de transparence nécessaire

La vaccination n’est pas obligatoire et relève de la responsabilité individuelle. "Il faudra une large campagne d’information, de sensibilisation et de pédagogie, abonde Romain Gizolme. Les personnes âgées sont très partagées, il y a des interrogations, mais il y a l’espoir d’une sortie de crise plus pérenne". Les pouvoirs publics souhaitent afficher un maximum de transparence, ces derniers faisant face à une certaine défiance de la population. "Soit vous pouvez décider pour vous-même, soit ce sont des personnes en difficulté qui ont des mesures de protection comme un tuteur ou une personne de confiance, ou enfin, la personne concernée est en difficulté mais n’a pas de mesures de protection, alors l’Etat prévoit que la famille puisse être consultée".

Le JT
Les autres sujets du JT
Un système de détection et de surveillance des cas possibles d’infection ou de portage du variant VOC 202012/01 a été mis en place par Santé publique France et les Centres nationaux de référence, en lien avec les laboratoires d’analyses.
Un système de détection et de surveillance des cas possibles d’infection ou de portage du variant VOC 202012/01 a été mis en place par Santé publique France et les Centres nationaux de référence, en lien avec les laboratoires d’analyses. (NATHAN LAINE / HANS LUCAS / AFP)