Cet article date de plus de deux ans.

Covid-19 : des élus critiquent la visite de Miss France devant une foule compacte dans un centre commercial de Moselle

Une députée de Moselle a dénoncé, samedi, "un rassemblement sans distanciation suffisante" qui a réuni des centaines de curieux venus voir Amandine Petit.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Amandine Petit, Miss France 2021, à Paris, le 20 décembre 2020. (MAXPPP)

La première sortie officielle de Miss France 2021 suscite la polémique. La visite d'Amandine Petit dans un centre commercial de Moselle a attiré une foule compacte de plusieurs centaines de personnes, samedi 2 janvier, suscitant la consternation de plusieurs élus locaux, au premier jour du couvre-feu avancé à 18 heures dans le département.

La jeune femme de 23 ans a inauguré son règne par une déambulation masquée dans les galeries du centre commercial de Farébersviller, suivie d'une séance de dédicaces derrière une vitre en plexiglas, rapporte France Bleu Lorraine Nord.

Le député local dénonce une "incohérence"

Un attroupement s'est formé lors de cette dernière partie de l'événement, attirant de nombreux curieux, largement masqués mais massés les uns près des autres. "Alors que nous faisons toujours de plus en plus d'efforts pour endiguer cette épidémie, s'est tenu un rassemblement sans distanciation suffisante dans un centre commercial (...), a déploré la députée LREM de Moselle Hélène Zannier. Je ne doute pas que la préfecture sera saisie."

Son collègue Christophe Arend, député LREM de la circonscription où se situe Farébersviller, a interpellé le préfet de Moselle sur "l'incohérence d'autoriser la manifestation Miss France au Centre B'est de Farébersviller et les règles sanitaires imposées en Moselle". Le maire LR de la commune voisine de Forbach, Alexandre Cassaro, s'est aussi dit "très étonné que le Centre B'est et le groupe Auchan aient autorisé l'organisation d'un tel rassemblement malgré le regain de l'épidémie"

Le centre commercial se défend

Le directeur du centre commercial a affirmé à Lorraine Actu qu'il "ne s’attendait pas à autant de monde". Il assure que la jauge de 3 125 clients imposée dans son établissement a été respectée et que ses équipes ont "tout fait pour demander au public de bien porter [un] masque, ce qui a été le cas".

"La distance entre les gens n’était pas respectée", reconnaît-il, malgré "des macarons au sol pour tenir 1 mètre". Pas de regrets pour autant: "Si c'était à refaire, oui on renouvellerait l'opération."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.