Covid-19 : 7% d'enseignants absents et un pic attendu à 15%, selon Jean-Michel Blanquer

Le conseil scientifique avait en effet estimé à "au moins" un tiers les professeurs qui pourraient être touchés par le virus d'ici à la fin janvier en France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans une classe de primaire à Poitiers (Vienne), le 5 janvier 2022. (JEAN-FRANCOIS FORT / HANS LUCAS / AFP)

Les enseignants sont durement touchés par l'épidémie de Covid-19. Quelque 7% d'entre eux sont actuellement absents dans les établissements scolaires, mais le pic d'absences "ne devrait pas dépasser normalement 15%", a assuré mercredi 5 janvier le ministre de l'Education nationale, alors que la rentrée scolaire, après les vacances de fin d'année, s'effectue depuis lundi sous tension.

"Est-ce que je vais nier que le mois de janvier est difficile ? Bien sûr que non", a reconnu Jean-Michel Blanquer, interrogé lors des questions au gouvernement au Sénat. "Est-ce que nous sommes démunis par rapport aux problèmes de remplacement ? C'est le principal sujet", a-t-il poursuivi, soulignant que les chiffres avancés par le conseil scientifique fin décembre "parlent de 30%" d'absents, "en additionnant les cas de malades et les cas contact", ce qui "n'est pas du tout le même sujet".

"Des contractuels et des vacataires" recrutés

Le conseil scientifique avait en effet estimé à "au moins" un tiers les professeurs qui pourraient être touchés par le virus d'ici à la fin janvier, soit en étant positifs au Covid-19, soit "de façon indirecte" en étant cas contact. Mais les règles d'isolement ont depuis été allégées, et les enseignants qui sont cas contacts "font la rentrée s'ils sont vaccinés après avoir fait un test", avait alors précisé le ministre de l'Education.

"Nous déployons actuellement des moyens pour aller au-delà du 9% de moyens de remplacement, et aller en effet vers 12-15%", a fait valoir Jean-Michel Blanquer devant les sénateurs. Dans un entretien au Parisien, dimanche, le ministre avait indiqué que le ministère recrutait "des contractuels et des vacataires".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.