Covid-19 : 47% des détenus ont un schéma vaccinal complet, contre 76,9% de la population générale

Cette "faiblesse de la couverture vaccinale", précise le ministère de la Santé, s'explique par une forte "réticence" de la population carcérale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une surveillante entre dans une zone confinée mise en place pour lutter contre le Covid-19 à la prison de Villepinte, jeudi 6 janvier 2022. (ALAIN JOCARD / POOL)

Dans les prisons françaises, 47% des détenus ont un schéma complet de vaccination contre le Covid-19. Le taux est de 76,9% pour la population générale, selon les chiffres communiqués à franceinfo par le ministère de la Santé jeudi 6 janvier. Au 4 janvier, sur une population totale de 69 992 personnes détenues, 32 758 avaient reçu deux doses de vaccin. Par ailleurs, 38 532 ont reçu au moins une dose, et 11 871 ont reçu une dose de rappel.

>>> "On condamne quelqu'un à de la prison, pas à attraper le Covid", s'insurge la contrôleure générale des lieux de privation de liberté.

La semaine dernière, les primo-injections ont augmenté de 5%, tout comme les deuxièmes injections. Les injections de doses de rappel ont augmenté de 25%."Ces chiffres sont inférieurs à la réalité car certains professionnels exerçant à temps très partiel continuent de renseigner de manière inadaptée ce qui a pour effet d’abaisser les chiffres liés à la vaccination", explique d’abord le ministère de la Santé.

"La très forte réticence des détenus explique en partie la faiblesse de la couverture vaccinale"

ministère de la Santé

à franceinfo

Les équipes d'Olivier Véran tiennent à préciser que "ces chiffres ne peuvent être représentatifs de l’effort vaccinal ni de la couverture vaccinale compte tenu de la rotation importante de cette population notamment en maison d’arrêt, et de l’absence de prise en compte dans les statistiques des populations entrantes déjà vaccinées."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.