Courses en ligne, protection des caisses... Les supermarchés s'adaptent pour faire face au coronavirus

Après quasiment une semaine de confinement, une certaine routine s'est installée dans les supermarchés. Si certains en ville doivent encore gérer des files d'attentes, beaucoup se sont adaptés.

Ces salariés de ce supermarché de l\'agglomération de Caen (Mondeville) sont tous équipés de masques contre le Coronavirus.
Ces salariés de ce supermarché de l'agglomération de Caen (Mondeville) sont tous équipés de masques contre le Coronavirus. (OLIVIER DUC / FRANCE-BLEU BASSE-NORMANDIE)

Pour ses premières courses de la semaine, après plusieurs jours de confinement pour lutter contre le coronavirus, Etam sort les bras chargés de son hypermarché de quartier à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) : "J'ai fait les courses pour ma mère et moi, donc les trois gros sacs là sont pour ma mère, parce qu'on n'habite pas au même endroit", explique le jeune homme. A l'intérieur, tout s’est bien passé, Etam n'a même pas eu besoin de faire la queue à l’entrée du magasin : "Je ne m'attendais pas du tout à ça. Je m'attendais à des rayons pratiquement vides. Mais apparemment, ceux qui sont déjà confinés chez eux ont déjà pris ce qu'il leur faut".

>>> Suivez les dernières informations liées à l'épidémie de coronavirus

Le contraste est assez saisissant par rapport à la semaine dernière : la bousculade, parfois même la bagarre pour un paquet de pâtes ou quelques rouleaux de papier-toilette... Rien de tel cette fois-ci. "Je pense que les gens sont devenus raisonnables, et donc n'achètent que ce dont ils ont besoin", suggère Love, qui sort du supermarché satisfaite. La jeune femme a mis à peine un petit quart d’heure pour faire ses courses. Et à l’intérieur du magasin, elle a constaté que tout était fait pour respecter les préconisations sanitaires :

Les mesures se sont renforcées depuis la dernière fois que je suis venue. A chaque fois qu'on vient, on voit une mesure de plus.Une cliente d'un supermarché parisienà franceinfo

"Par exemple, là, je vois qu'il y a du cellophane qui a été installé autour des petites box des différentes caisses. Les distances de sécurité sont vraiment bien marquées au sol", observe Love. "Chaque caissier ou caissière a des gants. Ils n'ont pas forcément des masques mais ils se nettoient systématiquement les mains après chaque client. Dans ce magasin, ils ont pris l'ampleur du problème et prennent les mesures qu'il faut".

L'essor des courses en ligne

Abdoulaye, lui, a préféré faire ses courses sur internet, grâce au drive, afin de les récupérer dans un hypermarché porte d’Auteuil à l’ouest de Paris : "Le drive, ça fonctionne par rendez vous : il faut s'y prendre à l'avance parce qu'il y a pas mal d'attente, mais quand on y arrive, il n'y a personne, puisqu'on passe par tranche de demi heure", explique le trentenaire. "Le prochain sera dans une demi heure, donc j'ai le temps de vérifier et de charger mes courses tranquillement. Ça change par rapport à d'habitude ou à un samedi après midi normal".

Les courses en ligne sont en forte hausse depuis le début du confinement, selon une étude du cabinet de conseil BCG. Celui-ci a observé une croissance de 40 % pour les retraits en supermarché, et jusqu’à 100 % pour la livraison à domicile.