Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : une "centaine de classes" et 22 établissements sont actuellement fermés en France, annonce Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Education nationale a précisé que "12 structures" ont été fermées en Métropole, et "environ 10" à La Réunion. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Michel Blanquer lors d'une conférence de presse, le 27 août 2020, à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Le protocole sanitaire fonctionne, assure Jean-Michel Blanquer sur Europe 1, vendredi 4 septembre. Alors que la rentrée scolaire s'est effectuée dans de nombreux établissements cette semaine, le ministre de l'Education nationale annonce la fermeture d'une vingtaine d'établissements. Les fermetures sont au nombre de 10 en métropole et 12 à La Réunion. "C'est à rapporter aux plus de 60 000 écoles, collèges et lycées qui existent en France, donc c'est un chiffre petit", a estimé le ministre. Dans un premier temps, le ministre avait évoqué 12 fermetures en métropole et 10 à La Réunion, mais le ministère a par la suite corrigé les chiffres.

"S'agissant des classes c'est autour d'une centaine, ça varie évidemment chaque jour", ajoute le ministre de l'Education. Par ailleurs, environ "250 protocoles" liés au coronavirus sont déclenchés chaque jour. Ces suspicions sont la plupart du temps "liées à des facteurs externes à l'école, avec des personnes qui souvent avaient pu être contaminées avant la rentrée", a-t-il dit.

Le ministère a précisé qu'environ 120-130 classes sont actuellement fermées en raison de cas de Covid, en plus des 22 établissements. "S'il y a plus de trois cas de Covid ça déclenche la fermeture d'une structure scolaire", a rappelé le ministre. En dépit de ces fermetures, le ministre a qualifié cette première semaine de rentrée de "plutôt bonne". "Malgré les peurs, tout le monde est rentré et cela me réjouit beaucoup", a-t-il dit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.