Coronavirus : "Quand on prend le Covid-19 dans les poumons, c'est juste la fin", alerte le président de l'association France BPCO

La broncho pneumopathie chronique obstructive, dont le chanteur Christophe est mort, touche entre 5 et 10% des adultes en France. Elle décuple les effets du Covid-19 alerte Philippe Poncet.

Près de 100 000 Français atteints de broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont sous aide respiratoire.
Près de 100 000 Français atteints de broncho pneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont sous aide respiratoire. (JAMES HARDY / MAXPPP)

"Quand on prend le Covid-19 dans les poumons, c'est juste la fin", alerte Philippe Poncet, le président de l'association France BPCO. Cette association défend les patients atteints de broncho pneumopathie chronique obstructive, une maladie pulmonaire méconnue qui a emporté le chanteur Christophe jeudi 16 avril et qui touche entre 5 et 10% des adultes en France.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Les patients atteints de BPCO font partie de la liste des personnes fragiles face au Covid-19. Interrogé par franceinfo, le président de l'association s'inquiète du manque de réponses du gouvernement face à leur situation.

franceinfo : Est ce que vous avez l'impression d'être oubliés dans la gestion de la pandémie?

Philippe Poncet : Les BPCO sont oubliées depuis 40 ans. C'est vrai pour chaque épidémie, qu'elle soit pandémique, virale, climatique ou qu'il s'agisse d'un problème de pollution. Face au Covid-19, on est en danger de mort directe. Vous avez un exemple avec Christophe, parce que quand on parle d'emphysème, on parle bien de BPCO. Il en est une des deux parties, car la BPCO c'est l'obstruction des bronches et la destruction du système respiratoire. Et j'ai l'un de mes cousins qui est atteint de BPCO qui est décédé hier.

Le coronavirus aggrave les symptômes de la BPCO ?

Un BPCO ne vit pas en respirant mal, il étouffe 24h sur 24. On est près de 150 000 sous oxygène. Le moindre rhume nous étouffe. Quand on prend le Covid-19 dans les poumons, c'est juste la fin.

Pour vous la réponse des pouvoirs publics n'est pas à la hauteur ?

Elle n'a jamais été à la hauteur depuis 40 ans. Elle l'est encore moins en ce moment. Ce n'est pas faute d'avoir interpellé le ministre de la Santé dès le 25 février en le mettant en alerte sur ce qui allait arriver. On était bien en amont de l'annonce qui arrivait depuis l'est de la France. On a proposé des tas de choses sans jamais être entendus. Je me suis précipité vers l'Élysée, on ne m'a pas entendu. Et aujourd'hui on nous parle de déconfinement sans savoir que l'on existe, sans savoir que l'on est déjà, pour la grande partie, en totale déshérence. Tout ça sous les radars de tout le monde puisque la BPCO a priori n'existe pas. C'est simplement quatre millions de Français qui sont touchés et aujourd'hui il faut savoir que trois millions d'entre nous ne sont pas diagnostiqués. Ceux qui tombent aujourd'hui ne sont pas diagnostiqués. C'est une catastrophe sanitaire historique.

Vous n'avez eu aucune réponse d'un membre du gouvernement ? Vous avez pourtant écrit à Olivier Véran.

Tout à fait, nous n'avons jamais eu de réponse. J'ai adressé, il y a trois semaines, un courrier d'urgence au président des maires de France, il ne m'a jamais répondu. On a adressé deux fois des courriers à 925 parlementaires, il n'y en a que quatre ou six qui nous ont répondu dont Jean Lassalle que je remercie. Et ça s'arrête là. C'est un déni permanent. Aujourd'hui on est persuadés que l'autorité de santé fait tout pour éviter la BPCO, alors qu'il serait simplement plus intelligent et plus respectueux vis-à-vis de tous les BPCO de ce pays. Et ce ne sont pas seulement des vieillards, ça concerne parfois des gens qui ont 30 ans ou 20 ans et il n'y a pas de diagnostic de prévention ou de stratégie globale depuis 40 ans. C'est une alerte générale et quand je vois ce qui se passe, que l'on essaie de détourner le sens de la maladie qui a touché Christophe, j'en appelle à tous les chanteurs, à tous ses amis de venir nous aider parce que c'est une catastrophe humaine et ça fait des années que ça dure.