Coronavirus : près de 8 000 détenus en moins dans les prisons françaises

Le taux de surpopulation carcérale s'établit désormais à "107%" contre 119% début mars, a détaillé la ministre de la Justice, Nicole Belloubet.

Nicole Belloubet quitte le palais de l\'Elysée, le 4 mars 2020, à Paris.
Nicole Belloubet quitte le palais de l'Elysée, le 4 mars 2020, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La pression diminue. Le nombre de détenus dans les prisons françaises a diminué de "près de 8 000" personnes en un mois, et le taux de surpopulation s'établit désormais à "107%" contre 119% début mars, a annoncé mercredi 8 avril la garde des Sceaux Nicole Belloubet, lors d'une audition à l'Assemblée nationale. La France compte désormais 64 439 détenus, contre 72 400 détenus auparavant.

"La moitié de ces 8 000 détenus en moins est liée à la diminution de l'activité juridictionnelle, l'autre moitié aux mesures que nous avons expressément prises", a détaillé Nicole Belloubet devant la mission d'information sur l'impact, la gestion et les conséquences de l'épidémie de covid-19. Vendredi, le ministère de la Justice avait fait état de 6 266 détenus en moins.

Une ordonnance prise dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire facilite notamment les libérations anticipées des détenus qui sont à deux mois de leur fin de peine. Parmi les autres mesures pour désengorger les prisons, dont le surpeuplement chronique a valu en janvier à la France une condamnation de la Cour européenne des droits de l'Homme : des suspensions de peines pour raison médicale, des remises en liberté pour des détenus en détention provisoire, en attente d'être jugés.

"Beaucoup moins de personnes qui entrent en détention"

Une circulaire mi-mars demandait par ailleurs de différer l'exécution des courtes peines d'emprisonnement et de réserver la détention provisoire aux faits les plus graves. "Nous avons beaucoup moins de personnes qui entrent en détention", de l'ordre de "60 à 70" par jour contre "250 à 300" précédemment, a précisé la ministre.

Elle a également rappelé que "les détenus terroristes, les criminels et les personnes condamnées pour des faits de violences intrafamiliales" étaient exclus des libérations anticipées. Répondant à une question du député (LR) Eric Ciotti sur un article du Point affirmant que 130 détenus radicalisés avaient été libérés pour raisons sanitaires, la ministre a vilipendé des chiffres "totalement inexacts".

La ministre a défendu par ailleurs la prolongation automatique des détentions provisoires sans l'intervention d'un juge, une mesure d'exception très critiquée par les avocats mais aussi des magistrats. Une ordonnance adoptée le 25 mars rend possible l'allongement de la durée maximale de la détention provisoire de deux à six mois en fonction de la gravité de l'infraction reprochée, de plein droit et sans débat contradictoire devant le juge.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. Coronavirus : nombre de décès par département, âge des malades, réanimations… Visualisez l'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Décryptage. L'article à lire avant de fabriquer et porter un masque en tissu

• Analyse. La pandémie de coronavirus va-t-elle pousser l'espèce humaine à (enfin) respecter la biodiversité ?

• Santé. Le coronavirus peut-il aussi s'attaquer au cerveau et au cœur ?