Coronavirus : "On tape complètement à côté", déplore le Dr Legrand

Si la situation se tend dans les hôpitaux avec l'afflux de patients contaminés par la Covid-19, chez les médecins généralistes, la situation inquiète aussi. Bertrand Legrand, généraliste à Tourcoing (Nord), fait part de sa colère mercredi 14 octobre sur franceinfo.

"Je suis en colère après avoir écouté Emmanuel Macron. L'Etat n'a toujours pas compris où se passaient les clusters", déplore le docteur Bertrand Legrand sur franceinfo mercredi 14 octobre. Il rappelle que "25% des clusters se passent en entreprise, 21% se passent en milieu scolaire, 11,3% en milieu hospitalier. Les réunions privées ou les événements familiaux ou public ne réunissent qu'à eux deux que 16% des cas. Encore une fois, on tape complètement à côté et on réagit de manière totalement émotionnelle parce qu'on voit les chiffres de réanimation augmenter. On le dit depuis début septembre, le nombre de tests positifs augmente de manière sidérante, mais personne ne nous entend", regrette le médecin généraliste nordiste.

Ne pas mélanger les malades

Avec un couvre-feu, "on va limiter de 50%, 12% des cas de contamination de clusters aujourd'hui. Si on ne tape pas dans ce qui contamine le plus, si on ne se pose pas la question de savoir si nos hôpitaux sont en train de mélanger des cas de Covid et d'autres qui n'en sont pas dans un même service pour des raisons uniquement structurelles, on tape complètement à côté. C'est une maladie nosocomiale, il est hors de question d'avoir des malades qui sont mélangés dans les hôpitaux. Or c'est ce qu'on voit et il faut contrecarrer ce genre de choses. C'est inacceptable", martèle le Dr Legrand.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une salle de consultation de médecin à Cahors (Lot), le 26 mai 2020.
Une salle de consultation de médecin à Cahors (Lot), le 26 mai 2020. (GARO / PHANIE / AFP)