Coronavirus : les vacances d’été en suspens

Si les frontières de notre pays sont fermées, si les transports sont encore réduits, s’il est même compliqué de se rendre d’une région à une autre… À quoi vont ressembler les vacances de cet été ?

France 2

Sous le soleil, au bord de l’eau ou à l’air frais, des congés en sursis. Après des semaines de confinement, le coronavirus a plongé les vacances d’été dans l’incertitude. D’abord,les voyages à l’étranger : avec cette pandémie, les frontières de nombreux pays sont fermées aux Français. Par exemple, circulation interdite entre les pays de l’espace Schengen. Mais aussi, voyages impossibles aux États-Unis, Australie, Chine, Algérie, Argentine ou Russie, tous les continents sont concernés.

Le grand gagnant : le non-marchand

Beaucoup de vacanciers français risquent de devoir changer leurs plans. "Il faut savoir que, dans ce type de situations qu’on a connu dans le passé, le grand gagnant, c’est ce qu’on appelle le non-marchand. C’est-à-dire les vacances en famille, chez des amis ou dans des résidences secondaires", explique René-Marc Chikli, président du syndicat des entreprises du Tour operating (SETO).

Le JT
Les autres sujets du JT
Des voitures sur la route des vacances, près de Bordeaux (Gironde), le 3 août 2019.
Des voitures sur la route des vacances, près de Bordeaux (Gironde), le 3 août 2019. (MEHDI FEDOUACH / AFP)