Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : "Les mêmes qui appelaient au maintien du premier tour des municipales appellent au report du second", affirme un proche d'Anne Hidalgo

Selon Emmanuel Grégoire, directeur de campagne de l'actuelle maire de Paris, la décision de reporter ou non le second tour des municipales "doit être motivée par la communauté scientifique, qui doit peser le pour et le contre".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Anne Hidalgo et Emmanuel Grégoire, le 6 juin 2019. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

"J'observe avec un peu d'interrogation que les mêmes qui appelaient au maintien du scrutin du premier tour appellent impérieusement au report du second tour", a réagi lundi 16 mars sur franceinfo Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris et directeur de campagne d’Anne Hidalgo.

>> Coronavirus : suivez la situation en direct

La maire sortante socialiste de la capitale est arrivée en tête dimanche du premier tour des élections municipales devant Rachida Dati (Les Républicains), suivie par Agnès Buzyn (La République en marche) et David Belliard (Europe Écologie-les Verts).

franceinfo : Faut-il organiser un second tour ou le reporter ?

Emmanuel Grégoire : C'est très difficile, car ce n'est pas à moi de répondre à cette question. Je trouve que beaucoup de commentateurs dans la classe politique ne devraient pas s'improviser infectiologue et virologue. Il y a des spécialistes pour ça, sinon ça ajoute de la confusion. D'ailleurs, j'observe avec un peu d'interrogation que les mêmes qui appelaient au maintien du scrutin du premier tour appellent impérieusement au report du second tour. Ce qu'il faut dans ces circonstances, c'est un peu de constance et de rigueur. La décision doit être motivée par la communauté scientifique, qui doit peser le pour et le contre et on prendra acte de la décision du gouvernement, nous serons aux côtés du gouvernement pour appliquer la mesure.

Tant pis si on doit revoter dans plusieurs semaines ou dans plusieurs mois ?

On regarde les enjeux de santé, il n'y a même pas de débat. À un moment donné, il faudra tirer les enseignements de tout ça. La situation ne s'est pas brusquement dégradée hier soir à l'issue du premier tour. Peut-être que si on doit faire un report, aurait-on dû faire l'économie du premier tour ? Va-t-on maintenir les scores du premier tour ou pas ? C'est une question démocratique centrale, mais secondaire au regard de notre priorité, qui est évidemment la santé des Français.

Que pensez-vous de ces images de Parisiens dans les parcs dimanche ?

Les comportements individuels ne posent pas de problème, d'ailleurs ce n'était pas interdit d'aller dans les parcs, ni dans les bars ou restaurants avant la fermeture, mais simplement la coagulation de ces comportements individuels qui crée un problème et c'est pour ça que la puissance publique est là pour réguler et créer des règles. Il est évident que la concentration des densités de visiteurs, de touristes, de Parisiens qu'on a observée pose problème au regard du risque de contagion. Il faut prendre la mesure de l'interdiction de l'espace public, du confinement total. Je m'interroge sur la portée démocratique de cette mesure. Il faut qu'elle soit dosée et correctement appliquée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.