Coronavirus : les actions en justice se multiplient

La gestion du coronavirus par le gouvernement a été très critiquée ces dernières semaines. 63 plaintes ont déjà été déposées. Qui est visé et qu'est-ce qui leur est reproché ? Réponse avec notre journaliste Sophie Gauthier.

Le gouvernement est pointé du doigt dans la gestion du coronavirus. Et les actions en justice se multiplient. Les plaintes visent principalement le Premier ministre Edouard Philippe ou encore l'ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ou son successeur, Olivier Véran. Mais Nicole Belloubet (garde des Sceaux), Muriel Pénicaud (ministre du Travail) et Christophe Castaner (ministre de l'Intérieur) sont aussi visés. Les plaignants dénoncent des faits de "non-assistance à personne en danger" mais aussi des faits "d'homicide involontaire", ou le fait de ne pas avoir pris de mesures assez fortes pour endiguer l'épidémie, explique notre journaliste Sophie Gauthier en plateau.

"Mensonge d'Etat"

Concrètement, on leur reproche une mauvaise gestion de la pénurie de masques ou bien le maintien du premier tour des municipales. Un collectif de 600 médecins dénonce un mensonge d'Etat dans la gestion de la crise. 63 plaintes ont été déposées devant la Cour de justice de la République, seule instance habilitée à juger les actes des ministres en exercice. Des centaines de plaintes pénales ont aussi été déposées sur le territoire. Des victimes d'ayant droit de morts du Covid-19 demandent un fonds d'indemnisation sur le modèle de celui qui existe pour l'amiante. Selon les victimes, le gouvernement ne les a pas assez protégés en tardant à mettre en place le confinement ou en ne permettant pas de tester massivement la population.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entrée de la Cour de justice de la République, rue de Constantine, à Paris.
L'entrée de la Cour de justice de la République, rue de Constantine, à Paris. (ERIC CABANIS / AFP)