Coronavirus : le trafic aérien de passagers enregistre sa plus forte chute depuis les attentats du 11 septembre 2001

Cette baisse sévère reflète "l'effondrement des voyages intérieurs en Chine et la chute brutale de la demande internationale", indique l'Association internationale du transport aérien.

L\'aéroport de Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne) déserté en raison de la pandémie de coronavirus, le 1er avril 2020.
L'aéroport de Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne) déserté en raison de la pandémie de coronavirus, le 1er avril 2020. (ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP)

Le trafic aérien de passagers, fortement affecté par la pandémie de Covid-19, s'est effondré de 14,1% dans le monde en février, par rapport à février 2019, a annoncé l'Association internationale du transport aérien, jeudi 2 avril. "Il s'agit de la plus forte baisse du trafic depuis le 11-Septembre [2001], reflétant l'effondrement des voyages intérieurs en Chine et la chute brutale de la demande internationale à destination et en provenance de la région Asie-Pacifique, en raison de la propagation du virus Covid-19 et des restrictions de voyage imposées par les gouvernements", a expliqué l'Iata dans un communiqué.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

La chute de 14,1% du trafic passager mondial (international et national) est "sévère, mais pour les transporteurs de la région Asie-Pacifique, la chute a été de 41%". "Et cela ne fait qu'empirer", a déclaré le directeur général de l'Iata, Alexandre de Juniac, cité dans le communiqué. "C'est sans aucun doute la plus grande crise que le secteur ait jamais connue", a-t-il insisté.

Le secteur aérien a été fortement affecté par les mesures prises par différents Etats pour lutter contre la propagation du coronavirus. La compagnie Air France-KLM a notamment annoncé une réduction de 70 à 80% de son offre de vols, alors que ses filiales Transavia et Hop ! ont interrompu temporairement leur activité. Orly, l'aéroport centenaire du sud de Paris, a cessé d'accueillir les passagers mardi 31 mars. Il ne verra plus passer que les vols d'Etat, les vols sanitaires et les déroutements d'urgence. Selon l'Iata, la crise engendrée par l'épidémie de coronavirus devrait priver le secteur mondial du transport aérien de 252 milliards de dollars de revenus cette année.

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Infographies. INFOGRAPHIES. Coronavirus : nombre de décès par département, âge des malades, réanimations… Visualisez l'évolution de l'épidémie en France et en Europe

• Eclairage. Coronavirus : "déconfinement régionalisé", tests sanguins, passeports d'immunité... A quoi pourrait ressembler la levée du confinement ?

• Synthèse. "Déconfinement" progressif, stocks de médicaments, port des masques... Ce qu'il faut retenir des réponses d'Edouard Philippe devant les députés

• Vrai ou fake. Agnès Buzyn et son mari, Didier Raoult et la chloroquine… On a examiné au microscope les 20 affirmations d'un message censé prouver un "scandale d'Etat"

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation