Coronavirus : le Secours populaire accueille 45% de personnes supplémentaires "jamais rencontrées" jusqu'ici

"D'un seul coup, la situation s'est non seulement assombrie, mais est devenue une catastrophe", décrit la secrétaire générale de l'association, Henriette Steinberg.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Distribution de colis de nourriture et de produits d'hygiène par le Secours populaire à des étudiants devant l'université Paris VIII à Saint-Denis, le 6 mai 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le Secours populaire vient en aide à 45% de personnes en plus, "que nous n'avions jamais rencontrées", en raison de la crise provoquée par l'épidémie de coronavirus, indique mercredi 13 mai sur franceinfo la secrétaire générale de l'association. Les bénévoles voient arriver "des personnes dont ils n'ont jamais imaginé qu'elles viendraient les voir", explique Henriette Steinberg.

>> Les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

"D'un seul coup, la situation s'est non seulement assombrie, mais est devenue une catastrophe. Nous avons le sentiment que nous ne sommes pas à la fin de la crise. Nous ne sommes même pas sûrs d'être au creux de la crise", ajoute la secrétaire générale du Secours populaire, particulièrement inquiète pour les enfants.

Nous avons la conviction que la situation est loin d'être résolue et nous sommes très préoccupés par les millions d'enfants qui vont se trouver quelque peu en déshérence dans les semaines et les mois qui viennent, et en particulier les mois d'été. 

Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire

à franceinfo

Le Secours populaire veut "lancer un programme partout dans toute la France, faire en sorte que les enfants soient accueillis avec des activités sportives et culturelles et qu'il n'y ait pas une génération d'enfants traumatisés par ce qu'ils viennent vivre".

Même si les bénévoles ne manquent pas, elle lance "un appel à tous les bénévoles possibles. [...] Il nous semble que le moment aujourd'hui est celui où chacun peut se prendre en main en se disant 'je vais faire quelque chose pour quelqu'un d'autre que moi' [...], ça peut être quelques heures de temps en temps, un week-end", lance Henriette Steinberg, qui rappelle que l'association compte 1 300 antennes en France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.