Coronavirus : le Mobilier national lance un plan pour soutenir les ferronniers, doreurs et designers

Trois orientations majeures le compose : commander des travaux aux artisans, faire de nouvelles acquisitions et relocaliser les achats de matières premières.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un doreur travaille sur la rénovation de l'opéra de Paris, le 2 décembre 2003 (illustration). (MAXPPP)

Le Mobilier national, service chargé de meubler les bâtiments officiels de la République, annonce un plan pour soutenir les ferronniers, doreurs et designers dont l'activité tourne au ralenti depuis le début du confinement liée à la pandémie de coronavirus, révèle France Inter jeudi 30 avril. L'institution va commander des nouvelles œuvres et des restaurations d’œuvres stockées dans les entrepôts de l'État.

>> Suivez les dernières informations sur le coronavirus avec notre direct

"Notre première action, ce sera de commander des travaux de restauration des collections nationales en faisant appel à tous ces métiers, explique le directeur du Mobilier national Hervé Lemoine. Le deuxième axe, ce sera d'organiser une commission exceptionnelle d'acquisitions pour permettre à de jeunes designers, à de jeunes créateurs, de nous proposer des modèles, des projets que nous allons acquérir puis réaliser".

120 000 emplois en jeu

La filière, vitrine de l'excellence française, représente 120 000 emplois en France et génère habituellement près de 15 milliards d'euros de chiffre d'affaires, mais est aujourd'hui en souffrance. Le ferronnier d'art Steaven Richard explique que tous ses chantiers se sont progressivement arrêtés en France et à l'étranger : "Ça m'a obligé à réduire mes effectifs", dit-il, "on était une petite équipe d'une petite dizaine de personnes, et là on s'est redimensionné à 5 personnes avec du télétravail pour ceux qui pouvaient, mais aussi un travail en atelier réorganisé pour respecter les consignes sanitaires."

Le Mobilier national compte aussi relocaliser une partie de ses achats de matières premières, comme la laine, les soies et le lin pour les tapis et les tapisseries du patrimoine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.