Coronavirus : le gouvernement accélère

Ce que l'on pressentait depuis quelques jours est en train de se confirmer : les contaminations repartent en forte hausse par endroits. En Mayenne, mais aussi en Aquitaine et à Paris, où le Premier ministre parle de "signaux faibles". Des indicateurs qui ont poussé le gouvernement à accélérer l'entrée en vigueur du port obligatoire du masque.

FRANCE 2

Sous ses dehors paisibles, Bordeaux s'inquiète. La Gironde est classée comme vulnérable avec 10 foyers épidémiques, alors ses habitants se précipitent pour se faire dépister. "Je ne suis pas inquiet de nature mais je fais encore plus attention et c'est vrai que je m'interroge", résume un habitant. Dans de nombreuses régions, le virus reprend de la vigueur, chaque malade contaminant plus d'une personne. En Bretagne et en Île-de-France, les cas positifs augmentent légèrement sans parler de la Mayenne, classée en "vulnérabilité élevée". Pour endiguer la montée en puissance du virus, le gouvernement a accéléré l'entrée en vigueur du port obligatoire du masque. Une mesure effective dès la semaine prochaine.

Les détails tranchés d'ici la fin de semaine

En duplex de Matignon, le journaliste Guillaume Daret donne plus de détails sur le décret. "Très concrètement, ce décret devrait être publié lundi ou mardi car il reste encore quelques points à régler. Quels sont précisément les établissements concernés ? Quelles sanctions ? Qui sera sanctionné ? Tout cela devrait être tranché demain lors d'une réunion interministérielle, c'est ce que m'a indiqué Matignon il y a quelques instants", explique le journaliste politique. Ce jeudi 16 juillet, à l'Assemblée Nationale, le ministre de la Santé Olivier Véran a encouragé les Français à porter un masque sans délai, dès maintenant, dans tous les lieux clos quels qu'ils soient.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme portant un masque dans la ville espagnole de Lérida (Catalogne), le 13 juillet 2020.
Un homme portant un masque dans la ville espagnole de Lérida (Catalogne), le 13 juillet 2020. (PAU BARRENA / AFP)