Coronavirus : la ville de Paris mobilise les gardiens d'immeubles pour recenser les personnes fragiles et isolées

"Notre attention doit se porter aujourd'hui en priorité sur les personnes fragiles et isolées dont les aidants rencontrent des difficultés pour être à leurs côtés", écrit la maire de Paris Anne Hidalgo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un homme seul, à l'entrée du métro, porte un masque de protection et regarde son téléphone portable. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

La ville de Paris a décidé de faire appel aux 16 000 gardiens d'immeubles de la capitale pour recenser les personnes qui sont fragiles et isolées, en pleine épidémie de coronavirus, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

"Dans la période que nous connaissons, le risque de la solitude, de se retrouver tout seul face à cette difficulté, est évidemment un risque qui existe et donc cette solidarité de Paris nous paraît essentielle", explique Ian Brossat, mercredi 18 mars sur franceinfo. L’adjoint à la maire de Paris chargé du logement est responsable de la mise en place du dispositif. "L’idée c’est que les gardiens nous les indiqueront, ils transmettront les coordonnées de ces personnes, et nous pourrons ainsi en prendre soin", explique-t-il. Quant aux personnes sans domicile fixe, le gouvernement a annoncé que les centres d'hébergement d'urgence resteraient ouverts.

Toutes les situations seront remontées au 3975, le centre d'appel de la ville de Paris

"L'ensemble des gardiens des logements sociaux de la Ville seront mobilisés dans le strict respect des consignes sanitaires en vigueur", détaille Anne Hidalgo. Les gardiens d'immeubles privés seront contactés "dès [ce mercredi]", assure la maire de Paris. Pour les immeubles qui n'ont pas de gardien, "un dispositif adapté sera mis en oeuvre dans les jours qui viennent", précise le communiqué de la Ville.

Toutes les informations seront remontées au centre d'appel de la ville de Paris, joignable au 3975.

La ville s'appuie sur le fichier utilisé lors du plan canicule

"Nous avons, depuis le début du mois de mars, relancé le plan que nous lançons d’habitude en période de canicule. Donc nous avons déjà un fichier sur lequel nous nous appuyons pour détecter les personnes qui sont en situation de fragilité", détaille Ian Brossat, "mais nous savons qu’il y en a qui peuvent ne pas être forcément inscrites dans ce fichier, et afin que nous puissions toutes les détecter, nous souhaitons que les gardiens d’immeubles nous aident à effectuer le travail".

Une aide sera apportée "par le biais du personnel de la ville de Paris, qui d’abord pourra appeler, prendre des nouvelles, et le cas échéant, se déplacer dans les appartements autant que nécessaire

Ian Brossat, adjoint en charge du logement

sur franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.