Coronavirus : les centres d'hébergement d'urgence restent ouverts pour les SDF, assure le ministre du Logement

Julien Denormandie a échangé, mardi, avec les réseaux associatifs en charge de l’hébergement d’urgence, pour assurer la mise à l'abri des sans-domicile-fixe dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un SDF dans le centre ville de Toulouse, alors que la France passe en confinement le 17 mars 2020 pour contenir l'épidemie liée au coronavirus. (FREDERIC SCHEIBER / HANS LUCAS / AFP)

Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne pour appliquer les consignes de confinement décrété pour enrayer l'épidémie de coronavirus. La situation des sans domicile fixe inquiète particulièrement. Mais le gouvernement assure, mercredi 18 mars, qu'il s'organise avec les associations "pour que la solidarité continue pour les plus démunis".

>> Pandémie de Covid-19, confinement... Suivez les dernières informations avec franceinfo

Concrètement, "les structures d'hébergement doivent rester ouvertes afin de pouvoir continuer à héberger les personnes en situation de détresse", indique dans un communiqué le ministre chargé de la Ville et du Logement. Julien Denormandie rappelle que 157 000 personnes sont actuellement hébergées dans des centres, dans des places financées par l’Etat et gérées par les associations.

Des lieux pour les SDF atteints du coronavirus

Les centres d'hébergement d'urgence vont rester ouverts mais leurs activités "peuvent être cependant fortement perturbées", reconnaît le ministre, qui assure cependant que des "échanges réguliers" sont réalisés avec les préfets et les associations pour suivre la situation. "Certaines structures seront réorganisées avec des redéploiements d’effectifs et une mutualisation des prestations", complète-t-il.

Par ailleurs, Julien Denormandie annonce la mise en place de centres d’hébergement spécialisés pour les SDF atteints du coronavirus, mais dont la situation ne relève pas d’une hospitalisation. Les deux premiers centres dits de "desserrement" ouvriront à Paris dans les prochains jours, pour un total de 150 places, dont le premier d'ici à vendredi. "Ce déploiement va s’accélérer dans le reste du territoire dans les jours suivants", affirme le ministre. La création de ces centres d’hébergement spécialisés est pilotée par les préfectures, en lien avec les Agences régionales de santé (ARS).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.