Coronavirus : la thèse d’une immunité croisée prend de l’ampleur

Selon une étude américaine, nos organismes pourraient se nourrir de nos défenses immunitaires pour développer une immunité face au Covid-19. Une thèse encore à confirmer, mais qui fait naître un certain espoir.

FRANCE 2

Lorsque nos défenses immunitaires combattent un virus, elles peuvent par la suite être également utiles contre un autre virus. "On est infectés régulièrement avec des coronavirus qui donnent plutôt des rhumes, qui n’ont pas la gravité du Covid-19. Des études effectuées au laboratoire montrent qu’il y a des réponses immunitaires qui sont dirigés contre ces virus des rhumes qui peuvent être aussi dirigés contre le Covid-19", décrypte le professeur Jean-Daniel Lelièvre, chef du service de maladies infectieuses et d’immunologie clinique à l’hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne).

Une immunité transitoire

C’est notamment une étude américaine qui alerte sur ce phénomène. Elle affirme que 100% des personnes ayant contracté le virus ont par la suite développé des défenses immunitaires CD4 contre le Covid-19. Plus étonnant, 40 à 60% des personnes n’ayant pas été infectées avaient aussi développé ce type de cellule. Des observations encourageantes, mais à relativiser. "Ces coronavirus saisonniers vous donnent une immunité transitoire, donc même s’il peut y avoir des réactions croisées, elles ne vous protégeront que le temps que vous êtes protégés contre ces coronavirus saisonniers", rappelle le professeur Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
La température d\'un enfant masqué contre le coronavirus prise avant son entrée à l\'école (photo d\'illustration).
La température d'un enfant masqué contre le coronavirus prise avant son entrée à l'école (photo d'illustration). (DAMIEN MEYER / AFP)