Coronavirus : la perte du goût et de l'odorat serait plutôt bon signe

La perte du goût et de l'odorat liée au coronavirus serait plutôt bon signe. Une étude européenne vient de le montrer. Damien Mascret analyse ce phénomène sur le plateau du 20 Heures, mercredi 23 septembre.

France 2

Les hôpitaux sont mieux préparés pour une seconde vague de l'épidémie de coronavirus, notamment car on soigne mieux la maladie. Cette dernière est également mieux connue. Par exemple, la perte du goût et de l'odorat quand on est malade du coronavirus serait plutôt bon signe. "C'est ce que les médecins appellent un facteur de bon pronostic", explique le docteur et journaliste Damien Mascret sur le plateau du 20 Heures de France 2, mercredi 23 septembre.

Une réaction inflammatoire dans le nez

Une étude européenne vient en effet de montrer que ce symptôme est beaucoup plus fréquent dans les formes modérées que dans les formes graves de la maladie. Au lieu de faire des dégâts dans les poumons, le coronavirus provoque surtout une réaction inflammatoire dans les fosses nasales. Il remonte ensuite au bulbe olfactif, là où les nerfs de l'odorat se regroupent avant d'aller jusqu'au cerveau.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme se fait tester au Covid-19 au CHU de Rennes (Ile-et-Vilaine), le 7 septembre 2020. 
Un homme se fait tester au Covid-19 au CHU de Rennes (Ile-et-Vilaine), le 7 septembre 2020.  (DAMIEN MEYER / AFP)