Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : l'immobilier, lui aussi face à la crise

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Coronavirus : l'immobilier, lui aussi face à la crise
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Parmi les secteurs touchés par la crise, le tourisme est en tête mais l'immobilier est lui aussi frappé par cette crise, 3 000 agences immobilières seraient menacées, les ventes de biens immobiliers sont bloquées. En tout 100 000 projets d'achat sont en attente avec un délai qui arrive bientôt à expiration.

Les vitrines ne manquent pas d'annonces mais de clients. L'immobilier est un secteur désormais à l'arrêt. Dans une agence parisienne, aucune vente n'a été effectuée depuis un mois. Brice Cardi, le président du réseau l'Adresse explique : "Aujourd'hui clairement, le marché est en pause, à l'arrêt." Il est impossible aussi de faire aboutir les ventes déjà en cours. Pas de rendez-vous possibles chez le notaire, donc plus de signatures définitives. Une situation compliquée.

400 millions d'euros d'honoraires en attente

"S'il n'y a pas de signature, il n'y a pas d'honoraires, s'il n'y a pas d'honoraires, il n'y a pas de chiffre d'affaires", poursuit-il. Près de 100 000 projets de ventes sont en attente selon la Fédération Nationale de l'Immobilier (FNAIM). Il y a urgence, sinon 3 000 agences pourraient disparaître avec 20 000 emplois à la clé. Jean-Marc Torrollion, le président de la FNAIM argumente : " je me bats pour que l'on signe les actes parce qu'il y a 400 millions d'euros d'honoraires qui pourraient irriguer nos entreprises. " Du côté des notaires, moins d'un office sur deux est équipé de visioconférence.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.