Coronavirus : "L'employeur ne peut pas refuser" le télétravail, selon Muriel Pénicaud

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, est l'invitée des "4 Vérités" de France 2, mardi 17 mars.

France 2

"On est en guerre contre une épidémie, mais c'est une guerre où l'on peut tous agir et on va s'en sortir tous ensemble", explique la ministre du Travail Muriel Pénicaud, invitée des "4 Vérités" de France 2, mardi 17 mars.

Les Français sont appelés à rester confinés chez eux à partir de midi. "Il faut comprendre ce que cela veut dire très concrètement : on n'arrête pas tout. Mais on ne se déplace que pour des raisons médicales, pour le travail, pour des raisons qui sont absolument incontournables. Donc ce n'est pas un confinement total", indique la ministre du Travail. "Le but c'est que l'on divise tous par dix le nombre de contacts que l'on a dans une journée d'habitude", précise-t-elle en assurant que "la France n'est pas à l'arrêt complet, mais elle est au grand ralenti pour se protéger les uns les autres".

Un "droit automatique"

Quel changement cela induit-il dans la vie de l'entreprise ? "Il y a un salarié sur trois dont le travail peut se faire en télétravail. J'ai demandé à toutes les entreprises de mettre en place systématiquement le télétravail. Cela n'est pas une option. Si vous êtes salarié et que votre travail peut être fait en télétravail, il faut rester chez vous. C'est un droit automatique". Un salarié peut-il se mettre en télétravail de lui-même ? "L'employeur ne peut pas refuser, après si le salarié n'a pas d'ordinateur et si c'est un travail qui ne peut pas se faire en télétravail, bien sûr, l'employeur va lui dire non", indique Muriel Pénicaud.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 26 février 2020 à l\'Elysée.
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 26 février 2020 à l'Elysée. (LUDOVIC MARIN / AFP)