Coronavirus : l'école française n'était pas aussi prête que les autres pays occidentaux à faire face à cette crise

Dans un rapport dévoilé mardi, l'OCDE souligne plusieurs lacunes du système scolaire français face à l'épidémie de coronavirus, sur l'utilisation des nouvelles technologies ou le nombre d'élèves en classe notamment.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
D'après le rapport de l'OCDE, la moyenne de 23 élèves par classe de primaire en France a compliqué le respect de la distanciation. Photo d'illustration. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

L'Organisation de coopération et de développement économiques publie mardi 8 septembre son rapport annuel "Regards sur l'Education" consacré notamment à la gestion de la crise du coronavirus par chacun des systèmes scolaires. Premier enseignement, l'école française n'était pas aussi prête que les autres pays occidentaux à faire face à cette crise.

Avant le confinement, la France était l'un des pays où l'on utilisait le moins les nouvelles technologies en classe. Seuls 36% des professeurs incitaient leurs élèves à le faire, contre 53% pour la moyenne occidentale. Malgré ce "handicap", le retard a été comblé notamment grâce à la formation des enseignants sur le tas, estiment les experts de l'OCDE.

Progrès pour les enseignants et les élèves

"Ce que l'on a pu voir, au fur à mesure du confinement, c'est un progrès, une utilisation de plus en plus systématique de la visioconférence, une entraide entre les enseignants", constate Eric Charbonnier, analyste à la direction de l’éducation à l’OCDE, mardi sur franceinfo. 

L'usage des nouvelles technologies durant le confinement "a permis à nos élèves de rattraper leur retard, car eux aussi avaient du retard sur l'utilisation des outils numériques", continue l'analyste de l'OCDE. "On a beaucoup d'exemples de pays de l'OCDE, la Suède, la Norvège, le Canada, l'Australie où on en a un usage très démocratisé. En France, on a fait un premier pas, il faut aller plus loin."

Plus d'élèves par classe, moins de distanciation

Le nombre moyen d'élèves en classe est aussi un problème pour la distanciation physique. Ils sont 23 à l'école primaire en France, contre moins d'une vingtaine en Italie ou en Autriche. Par contre, la France a rouvert ses établissements un peu plus tôt que certains voisins, 13 semaines de fermeture contre 14 en moyenne dans l'OCDE. Cette réouverture avant l'été a permis de mieux préparer la rentrée de septembre, selon les experts de l'organisation.

La part des dépenses publiques d'éducation peut baisser ou stagner à mesure que les fonds publics seront injectés dans les secteurs de la santé ou du bien-être social dans les prochaines années. "En 2017, les dépenses publiques consacrées à l'enseignement (du primaire au supérieur) en pourcentage de l’ensemble des dépenses publiques en France étaient de 8%, ce qui était inférieur à la moyenne de l'OCDE de 11 %", expliquent les experts.

Formation professionnelle

Eric Charbonnier souligne également la nécessité de s'intéresser à l'enseignement professionnel. "L'enseignement à distance marche moins bien pour les filières professionnelles, la crise économique met en danger certains stages d'apprentissage, il va falloir investir dans ces filières là, c'est un peu la direction prise par nos gouvernements."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.