Coronavirus : "Il faut que le confinement persiste plusieurs semaines à partir de maintenant", affirme le président du Conseil scientifique

Jean-François Delfraissy, invité du "8h30 franceinfo", a affirmé que "l'élément essentiel et capital", pour lutter contre l'épidémie, "est la poursuite d'un confinement strict sur plusieurs semaines".

Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, au ministère de l\'Intérieur à Paris, le 13 mars 2020.
Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, au ministère de l'Intérieur à Paris, le 13 mars 2020. (LUDOVIC MARIN / POOL)

"Il faut que le confinement persiste plusieurs semaines à partir de maintenant", a déclaré ce mercredi 8 avril sur franceinfo Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique et immunologiste. "Nous l'avons demandé" au gouvernement alors que la fin du confinement est prévue, pour l'instant, au 15 avril, un mois après sa mise en application pour lutter contre l'épidémie de coronavirus Covid-19.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"Dans l'état actuel des connaissances, on peut discuter de ce qui se passera dans le post-confinement, mais l'élément essentiel et capital est la poursuite d'un confinement strict sur plusieurs semaines", a indiqué le président du Conseil scientifique. Selon Jean-François Delfraissy, cette durée dépendra de plusieurs critères : "Il y a des marqueurs d'ordre sanitaire, sociétaux, et des éléments économiques. C'est un mélange très difficile. Le sanitaire a la priorité mais ce n'est pas le seul à être pris en compte." Pour l'immunologiste, "tout va dépendre aussi du taux de tolérance de la population".

"Une utilisation très large des masques" lors du déconfinement

Avant d'envisager un déconfinement, il faudra vérifier que "les services de réanimation commencent à être plus libres, à avoir des lits, que la pression des formes graves est en train de diminuer, a énuméré Jean-François Delfraissy. Il faudra des éléments de mesures sur les zones les plus touchées". L'arrivée des tests de diagnostic et de sérologie et les outils permettant un "tracking" sont également importants.

Jean-François Delfraissy a insisté sur la nécessité "d'accompagner la sortie du confinement d'une utilisation très large des masques en population". Même si sur cette question des masques, il s'est montré partagé. "Porter un masque c'est surtout protéger les autres si on est porteur du Covid mais asymptomatique, a-t-il expliqué. En sens inverse, est-ce qu'un masque protège vis-à-vis des autres ? Les données sont beaucoup moins certaines ou fiables".

"Les gens considèrent qu'ils ont une certaine protection en portant ce masque, a poursuivi le président du Conseil scientifique. "Tout l'enjeu", pour Jean-François Delfraissy, "c'est de pouvoir avoir ce type de masques usuels, non professionnels, et de ne pas penser qu'on va être protégé et conserver les mesures de protection".