Coronavirus : entre séquelles et projets d'avenir, le témoignage de Madeleine six semaines après sa sortie d'hôpital

De ses trois mois d'hospitalisation, cette habitante du Haut-Rhin dit ne se souvenir que du réveil, le 16 juin dernier, "et puis aussi de la gentillesse de toutes les médecins, infirmières, aides-soignantes qui m'envoient encore des messages".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Madeleine Mattia, 68 ans a réchappé du Covid-19. Hospitalisée en Alsace, elle s'est réveillée à Verdun où elle avait été transférée.  (MATTHIEU MONDOLONI / OLIVIA BRANGER / RADIO FRANCE)

Qu'est devenue Madeleine Mattia, cette Alsacienne de 69 ans, rescapée du coronavirus ? En mai dernier, elle avait raconté à franceinfo son réveil à l’hôpital de Verdun, après avoir appris la mort de son mari. Entre la réanimation et la rééducation, Madeleine a été hospitalisée pendant trois mois. Elle est sortie le 16 juin dernier et a dû organiser les obsèques de son époux, la semaine dernière. Nous sommes retournés la voir chez elle à Thann (Haut-Rhin).

Elle garde encore des douleurs au visage

Autour d'un café, Madeleine Mattia raconte ce qui s'est passé dans sa vie ces deux derniers mois : "Je suis donc allée à Lutterbach [Haut-Rhin], à Lalance [le centre médical Lalance] pour la rééducation. Six semaines après, j'ai un peu progressé, tous les jours. Ce que j'avais toujours, c'est mal aux cervicales, là encore un peu. Le médecin dit que c'est des névralgies dûes à la position, longtemps couchée. Ça date encore de Verdun [l'hôpital de Verdun où Madeleine a été transférée]. J'avais la joue, ça va mieux, la bouche abîmée, comme à Verdun [cette fois-ci madame Mattia fait référence à la bataille de 1916]", décrit l'Alsacienne en étouffant un rire.

De ses trois mois d'hospitalisation, Madeleine dit ne se souvenir que de son réveil "Et puis aussi de la gentillesse de toutes les médecins, infirmières, aides-soignantes qui m'envoient encore des messages, au moins un par semaine et des photos parce que je n'ai vu que les yeux. Alors quand je suis rentrée, j'ai dit 'J'aimerais bien voir votre visage' et ce sont de très belles filles !"

"Vive Super mamie"

"Une fois que ça allait un peu mieux, on m'a dit 'c'est l'heure de rentrer', poursuit Madeleine. Alors bien sûr, c'était émouvant parce que mon fils, je ne l'avais pas vu pendant tout ce temps là. Quand on est arrivés à la maison, il y avait ma belle fille sur le pas de la porte, avec un bouquet de fleurs." Son petit-fils tenait une banderole avec le message "Vive Super mamie", "chaque enfant de sa classe, avait fait une lettre, avait décoré une lettre." Pour cette grand-mère de 68 ans, désormais veuve, le retour à la maison n'a pas été longtemps festif .

C'était quand même bizarre de revenir après tant de temps. Et puis, bien sûr, mon mari qui manquait, qui n'était pas là, qui n'est plus là. 

Madeleine Mattia, rescapée du coronavirus

à franceinfo

"Alors maintenant, confie Madeleine qui marque une pause et soupire avant d'ajouter, il faut continuer." "Après tout ce cauchemar, avez-vous envie de rêver, de penser à des choses positives ?", lui demande-t-on "Oui, je pense que l'année prochaine, j'aurai 70 ans,  je vais organiser, comme on avait organisé pour les 70 ans de mon mari, un séjour quelque part ensemble et je suis déjà invitée un peu à droite à gauche. ", explique Madeleine Mattia. 

La future septuagénaire a décidé d'accepter ces sollicitations : "Oui, après, on verra. Il faut continuer toute façon à vivre pour les enfants, le petit-fils a été traumatisé aussi, il a perdu son papi. Mamie, elle est là, sa mamie. 'Vive Super mamie', vous avez vu? C'est bien accroché [sur la banderole offerte par son petit-fils] pour ne pas qu'on l'oublie. Parfois quand je la regarde, je dis oui, 'je suis une Super mamie'."

Le témoignage de Madeleine, rescapée du Covid-19, au micro de Valentin Dunate - 0
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.