Coronavirus : en Guyane, la situation est "extrêmement préoccupante", selon la porte-parole du gouvernement

Compte tenue de la situation sanitaire, le second tour des élections municipales a été annulés dans ce territoire de 300 000 habitants, qui partagent une longue frontière avec le Brésil. 

Des soignants pratiques des tests de dépistage du Covid-19 devant l\'institut Pasteur de Cayenne, en Guyane, mardi 23 juin 2020. 
Des soignants pratiques des tests de dépistage du Covid-19 devant l'institut Pasteur de Cayenne, en Guyane, mardi 23 juin 2020.  (JODY AMIET / AFP)

Alors que la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, est en déplacement en Guyane, le gouvernement a fait part de son inquiétude vis-à-vis de l'évolution de l'épidémie de coronavirus sur place. "La situation en Guyane est extrêmement préoccupante", a souligné, mercredi 24 juin, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, à l'issue du Conseil des ministres, évoquant "une difficulté importante" dans ce territoire confronté à une épidémie de Covid-19 qui s'aggrave. Mercredi, l'agence régionale de santé (ARS) comptabilisait 2 827cas confirmés (+234 cas en 24h), 9 décès (+1), 102 hospitalisations et 15 patients en réanimation.

En Guyane, "nous avons des cas regroupés, avec une diffusion communautaire, autrement dit, où le retraçage des chaînes de contamination n'est plus possible", a expliqué Sibeth Ndiaye, assurant que l'Etat était "aux côtés des Guyanais, de manière à répondre à cette difficulté importante que nous ne méconnaissons pas".

"Compte tenu de la situation, le second tour des municipales, prévu le 28 juin, a été annulé par un décret du ministre de l'Intérieur, mais aucune nouvelle date n'a été pour l'instant "définie", a précisé la porte-parole.

"On a besoin d'aide", lance la ministre des Outre-mer

La ministre des Outre-mer Annick Girardin, en déplacement depuis mardi dans ce territoire de 300 000 habitants maintenu sous état d'urgence sanitaire, a de son côté lancé mercredi matin sur RTL un appel à des renforts supplémentaires sur place pour faire face à l'épidémie.

"Ici en Guyane, on a besoin d'aide, de personnels de santé, infirmiers, réanimateurs, médecins. C'est un appel que je veux faire, nous avons besoin de cette ressource supplémentaire. On a le nombre de lits, on a les respirateurs, on a tout le matériel, mais on manque de bras", a déclaré Annick Girardin. "On double chaque semaine le nombre de cas, s'est-elle inquiétée. On était à 500 cas il y a deux semaines".

Alors que deux nouvelles évacuations sanitaires de patients ont eu lieu, mercredi, cette fois vers la Guadeloupe - quatre ont déjà eu lieu vers la Martinique - la ministre a par ailleurs rappelé avoir installé mardi à Cayenne "un comité de gestion de crise élargi, avec les élus, les citoyens, scientifiques, associations et le grand conseil coutumier, pour prendre une décision partagée".