Coronavirus : des urbains venus se réfugier en Vendée "ont diffusé l'infection", affirme un médecin

Le président de la commission médicale du centre hospitalier départemental de Vendée est en colère contre ceux qui ont quitté les villes pour leur résidence secondaire. Il les accuse d'avoir transporté le virus. 

Des voyageurs attendent un train pour quitter le confinement à Paris, le 20 mars 2020. 
Des voyageurs attendent un train pour quitter le confinement à Paris, le 20 mars 2020.  (NICOLAS MAVIEL / MAXPPP)

Philippe Feigel, président de la commission médicale du centre hospitalier départemental de Vendée, prévoit sur franceinfo "une catastrophe sanitaire garantie" après l'arrivée à la campagne ou en bord de mer d'urbains fuyant le confinement en ville contre le coronavirus. Selon le docteur Feigel, la "catastrophe" a même déjà commencé.

>>> Suivez les dernières informations liées à l'épidémie de coronavirus

Certains de ces vacanciers "sont arrivés avec des symptômes", raconte le Dr Feigel. "Plusieurs collègues m'ont dit qu'ils avaient reçu des patients avec un syndrome viral fébrile. Et actuellement, jusqu'à preuve du contraire, un syndrome viral fébrile, c'est un coronavirus", poursuit-il. 

Les urbains venus se réfugier en Vendée sont pointés du doigt par le médecin. "Ils sont arrivés le week-end dernier. Et dès le lundi matin, les cabinets de ville étaient submergés par les patients fébriles, avec des douleurs céphaliques, et qui avaient des symptômes d'infection", tonne Philippe Feigel. 

Ils sont arrivés dans un territoire où on sait que l'offre de soins est relativement faible, beaucoup plus faible qu'en Île-de-France, avec un service de réanimation tout petit.Philippe Feigelà franceinfo

Ces voyages vers les résidences secondaires ont "diffusé l'infection un peu plus vite", selon le Dr Feigel. Il préconise de renforcer le confinement "pour étaler l'épidémie au maximum et pour ne pas se retrouver dans la situation de l'Alsace ou du nord de l'Italie".

Relativement épargnée jusqu'ici, la Vendée connaît une hausse des contaminations depuis quelques jours. L'épidémie "monte très très vite", affirme Philippe Feigel qui recense 30 personnes prises en charge à l'hôpital de La Roche-sur-Yon.

Le Dr Philippe Feigel, président de la commission médicale du centre hospitalier départemental de Vendée
--'--
--'--