Coronavirus : des quotas imposés sur des plages en Belgique

En Belgique, l’application des mesures sanitaires n’est pas toujours simple. Un contrôle de police a tourné à l’affrontement sur une plage samedi 8 août. Depuis, les autorités décident de limiter l’affluence sur les villes côtières avec des quotas.

FRANCEINFO

Pour pouvoir profiter des plages de la côte belge, il faudra désormais se lever tôt. À Blankenberge, près de Bruges, depuis samedi 15 août, seuls les 6 000 premiers voyageurs sont admis dans la gare de la ville pour éviter un afflux trop important en période de Covid-19. "C'est une très bonne idée. J'étais ici aussi samedi dernier, la plage était vraiment remplie", indique une touriste.

Les Belges pistés

Les Belges veulent à tout prix éviter des bagarres sur la plage de la ville, comme le week-end dernier. Les touristes étaient beaucoup trop nombreux et la situation a dégénéré lorsque la police a demandé le respect des distances de sécurité. Résultat : des quotas de visiteurs sont instaurés dans les villes côtières belges, comme Ostende ou Knokke-Heist. Les autorités veulent réguler le flux de touristes depuis le début de l'été. À partir des images de vidéosurveillance et des signaux émis par les téléphones portables, des spécialistes déterminent en temps réel le nombre de visiteurs, qui doivent réserver leur place sur le web.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une plage en Belgique soumises à des quotas
Une plage en Belgique soumises à des quotas (FRANCEINFO)