Coronavirus : "C'est un coup de semonce qui nous est donné", alerte un chercheur, qui appelle à repenser notre relation au monde vivant

"Au travers de notre exploitation des écosystèmes naturels [...] l'homme est obligatoirement exposé à de nouveaux germes", explique Jean-François Guégan. Certains sont des "agents pathogènes" qui peuvent être "beaucoup plus violents" que le coronavirus, prévient-il.

Des gardes-forestiers patrouillent dans l\'écosystème Leuser, une zone forestière située au nord de Sumatra, en Indonésie (photo d\'illustration).
Des gardes-forestiers patrouillent dans l'écosystème Leuser, une zone forestière située au nord de Sumatra, en Indonésie (photo d'illustration). (CHAIDEER MAHYUDDIN / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La pandémie de Covid-19 "est un coup de semonce qui nous est donné", explique samedi 25 avril sur franceinfo Jean-François Guégan, directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique (Inrae). Le chercheur, qui travaille sur les relations entre santé et environnement, appelle à "réfléchir à cette relation aux environnements naturels". Il prévient qu'il y a dans le monde vivant "des agents pathogènes beaucoup plus violents" que "celui qui passe actuellement".

Coronavirus : les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct.

franceinfo : L'origine du nouveau coronavirus semble être animale. Est-ce que l'action de l'homme, est-ce que notre relation au monde vivant, à la Nature, est en cause dans cette pandémie ?

La plupart des agents infectieux ou parasitaires circulant chez l'humain sont aujourd'hui d'origine animale. Depuis 50 ans, on voit une augmentation de la proportion des organismes infectieux et parasitaires humains. C'est environ aujourd'hui 75%. Et donc au fur et à mesure que nous allons exploiter les grands biomes naturels [communautés animales et végétales, classées en fonction de la végétation dominante et caractérisées par les adaptations des organismes à leur environnement spécifique] nous allons être exposés en tant que civilisation. Les premières personnes qui vont contracter ces infections, ce sont les gens qui vont exploiter les forêts, les forestiers, et aussi les chasseurs de viande de brousse. Et les éleveurs, qui vont être au contact de ce qu'on appelle les cas primaires. Le monde regorge d'agents microbiens. Et au travers de notre exploitation des écosystèmes naturels, je pense au sujet de la déforestation dans les grands biomes forestiers intertropicaux, l'homme est obligatoirement exposé à de nouveaux germes. Pas obligatoirement pathogènes (…) mais qui vont pouvoir passer sur les individus humains, et pouvoir se développer et provoquer des épidémies ou des pandémies telle que celle-ci.

Cette épidémie doit-elle nous obliger à repenser notre relation au monde vivant ?

Absolument. C'est un coup de semonce qui nous est donné.

Il y a des agents pathogènes beaucoup plus sévères, beaucoup plus violents, qui ont un taux de létalité supérieur à celui qui passe actuellement et qui produit la pandémie à Covid-19. Jean-François Guégan, directeur de recherche à l'Inraeà franceinfo

Nous devons, au sortir de cette pandémie, vraiment réfléchir à nos relations aux environnements naturels, penser à la protection, à l'organisation de grands sanctuaires, de diversité biologique, notamment dans les grands biomes intertropicaux.

Il faut aussi éviter l'exposition aux agents pathogènes ?

Oui je pense à la chasse de brousse. La chasse de brousse est toujours associée aux populations les plus pauvres du monde. Vous ne pouvez pas l'interdire mais il faut réguler cette chasse illégale de viande de brousse. Et dans le même temps fournir les moyens de subsistance et de bien-être à ces populations les plus malheureuses du monde.