Coronavirus : à Paris, "le week-end va être extrêmement tendu"

Choisir entre deux patients atteints par le Covid-19. Le professeur Éric Maury, membre du service réanimation intensive à l’Hôpital Saint-Antoine à Paris, est l’invité du 23h de franceinfo pour commenter ce dilemme qui se pose aux soignants et faire le point sur la situation.

franceinfo

"Pour ma part, je n’ai pas encore eu à choisir entre deux patients, mais je sais que mes collègues alsaciens se sont trouvés dans de situations où il y avait plus de patients nécessitant la ventilation que de ventilateurs et dans ce cas c’est le médecin qui choisit en son âme et conscience et ce n’est pas une situation facile", affirme Eric Maury, président de la société de réanimation de langue française.

"On a envie de soigner tout le monde, mais quand on ne peut pas le faire, c’est un constat d’échec. Je souhaite ardemment que ce qu’on observe dans le Haut-Rhin nous serve de leçon, nous serve à anticiper, à prévoir des possibilités de ventilation artificielle partout", ajoute ce professeur travaillant au service réanimation intensive de l’Hôpital Saint-Antoine à Paris.

"Fondamental de respecter le confinement"

"Il faut récupérer les ventilateurs qui sont dans les centres de simulation, d’enseignement aux soins d’urgence, de formation, dans les laboratoires de physiologie", insiste-t-il.

"En région parisienne, le niveau monte progressivement et inéluctablement. Le week-end va être extrêmement tendu et lourd. On s’y prépare", confie Éric Maury mercredi 18 mars.

Et de conclure : "Si la population française veut soutenir les soignants, il faut respecter le confinement pour limiter la transmission du coronavirus. C’est fondamental".

Le JT
Les autres sujets du JT
Eric Maury
Eric Maury (FRANCEINFO)