Coronavirus : Air France contrôlera dès lundi la température de ses passagers

Les clients présentant une température supérieure à 38 °C pourront se voir refuser l'embarquement. A partir du 11 mai, le port du masque sera également obligatoire pour voyager dans les avions de la compagnie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un passager portant un masque à bord d'un vol Air France au départ d'Athènes (Grèce), le 17 mars 2020.  (ANTONI LALLICAN / HANS LUCAS / AFP)

Une nouvelle mesure pour lutter contre la propagation du coronavirus. Air France va contrôler dès lundi la température de ses passagers, annonce la compagnie aérienne dans un communiqué samedi 9 mai. Toute personne ayant une température supérieure à 38 °C ne pourra pas embarquer et la réservation sera modifié sans frais pour un départ ultérieur. "Cette vérification systématique sera assurée au moyen de thermomètres infrarouges sans contact", précise Air France.

A partir du 11 mai, le port du masque sera également obligatoire pour voyager dans les avions de la compagnie. Air France avait déjà adopté une série de mesures pour lutter contre la propagation du virus. Par exemple, à bord des avions, la compagnie espace les passagers "autant que possible", la démarche étant facilitée par le faible taux de remplissage actuel des appareils. Les procédures de nettoyage et de désinfection des cabines ont été renforcées, et un produit virucide "dont la durée d'efficacité est établie pour 10 jours" est pulvérisé "périodiquement" dans les cabines.

Air France précise par ailleurs dans son communiqué que les systèmes de recyclage d'air de ses avions filtre les virus types coronavirus. Ils sont équipés en effet de filtres HEPA, "identiques à ceux utilisés dans des blocs opératoires", qui extraient "plus de 99,99% des virus les plus petits, y compris ceux dont la taille ne dépasse pas 0,01 micromètre". Or les virus type coronavirus ont une taille variant entre 0,08 et 0,16 micromètres, fait valoir la compagnie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.