Coronavirus 2019-nCoV : deux écoles de Haute-Savoie fermées cette semaine pour des dépistages après l'annonce de cinq cas dans le département

Un enfant de 9 ans a été contaminé par le coronavirus. Les deux écoles fermées se situent aux Contamines-Montjoie, commune où cet élève de CM1 habite, et à Saint-Gervais, où il prend des cours de français.

La ville de Contamines (Haute-Savoie), le 8 février 2020 , commune où cinq Britanniques ont été infectés par le coronavirus. 
La ville de Contamines (Haute-Savoie), le 8 février 2020 , commune où cinq Britanniques ont été infectés par le coronavirus.  (MARIE GIFFARD / AFP)

Deux écoles de Haute-Savoie seront fermées la semaine prochaine pour des dépistages, a annoncé, samedi 8 février, l'Agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes. Il s'agit de deux établissements scolaires fréquentés par un enfant britannique de 9 ans, qui fait partie des cinq nouveaux cas de coronavirus 2019-nCoV annoncés plus tôt dans la journée par le gouvernement. 

>> Coronavirus 2019-nCoV : suivez notre direct après les cinq nouveaux cas détectés en Haute-Savoie. 

Les cinq cas – l'enfant et quatre adultes – sont apparus au sein d'un groupe de onze personnes, toutes britanniques, ayant séjourné fin janvier dans deux appartements au sein d'un même chalet aux Contamines-Montjoie. Toutes les personnes contaminées ont été en contact avec une connaissance de retour de Singapour, venue les voir en Haute-Savoie avant de rentrer en Angleterre.

"Ne pas paniquer toute une population"

Les deux écoles fermées se situent aux Contamines, commune où cet élève de CM1 habite, et à Saint-Gervais, où il prend des cours de français. Les deux établissements "vont être fermés (...) le temps d'y effectuer des investigations", a indiqué le directeur de l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes, Jean-Yves Grall, lors d'une conférence de presse samedi.

Les parents des élèves - une centaine dans la première école et environ 250 dans l'autre - seront informés et interrogés sur l'état de santé de leurs enfants. Le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex, a cependant précisé que seuls cinq autres élèves participaient au cours de français en question. L'enfant malade "n'a pas côtoyé toute une école, il a côtoyé cinq élèves une demi-journée", a insisté l'élu. "Il ne faut donc pas paniquer toute une population."

Contact "rapproché et prolongé"

"On part du principe que les enfants qui ne présentent pas de symptômes ne sont pas contaminés, même s'ils seront surveillés pendant la durée d'incubation", a souligné le Dr Anne-Marie Durand, directrice de la santé publique au sein de l'agence régionale, rappelant qu'un contact "entre personnes, rapproché et prolongé" est nécessaire pour une contamination.

Au-delà des deux écoles, les autorités s'emploient à recenser toutes les personnes susceptibles d'avoir été contaminées mais appellent la population à "rester calme", l'état de santé des cinq malades ne suscitant pas d'inquiétude.