Contrôle d’identité : « 99,7 % des contrôles se passent bien » assure Gérald Darmanin

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Lors des questions d’actualité au gouvernement du Sénat, Gérald Darmanin est revenu sur la proposition de la Défenseure des Droits sur la mise en place de zones sans contrôle d’identité. « Il est évident que le ministère de l’Intérieur ne mettra pas en place cette expérimentation ». De son côté, le sénateur communiste Pierre Ouzoulias se fait porte-parole des étudiants.

Stéphane Le Rudulier, sénateur LR des Bouches-du-Rhône, a directement visé la Défenseure des droits, Claire Hédon, « nommée par le président de la République il y a quelques mois ». « Pensez-vous que son rôle est de jeter l’opprobre sur les forces de l’ordre, déjà suffisamment éprouvées ces derniers temps ? ».

La semaine dernière sur Franceinfo, la Défenseure des droits avait dénoncé le caractère discriminatoire de certains contrôles d’identité. Raison pour laquelle Claire Hédon avait suggéré vendredi sur Franceinfo d’« expérimenter l’arrêt du contrôle d’identité » dans certaines zones « parce qu’au bout d’un moment dans certains quartiers, pour certains jeunes, cela devient insupportable ».

« Il est normal en démocratie que les présidents de la République, quels qu’ils soient, nomment à des postes, des gens qui ne pensent pas toujours comme la majorité parlementaire. Cette nomination est aussi validée par les commissions parlementaires compétentes » a rappelé le ministre de l’Intérieur.

Comme Jean Castex quelques minutes plus tôt, le locataire de la place Beauvau indique « qu’il est évident que « le ministère de l’Intérieur ne mettra pas en place cette expérimentation ». « Il est évident que les contrôles d’identité sont nécessaires et que s’il y a des abus, il faut pouvoir les sanctionner. Mais sur les 5 millions d’opérations de police et gendarmerie chaque année, 99,7 % de ces opérations se passent bien. Aucun signalement sur ces 99,7 % » a-t-il affirmé

Le ministre ajoute : « C’est mal connaître les opérations de contrôle d’identité que de ne pas voir qu’ils sont toujours faits sous le contrôle du procureur de la République, donc de l’autorité judiciaire, soit d’un officier de police judiciaire, s’il constate qu’à proximité, il y a eu un crime ou un délit […] Faisons confiance à nos forces de l’ordre […] C’est le cas de l’immense majorité des Français ».

« Vous, vous voyez peut-être les files d’attente, moi, il se trouve que j’y vais ! »

« Pourquoi la politique du quoi qu’il en coûte s’est-elle systématiquement arrêtée à la porte des campus ? » a interrogé Pierre Ouzoulias lors des questions au gouvernement du Sénat. Le sénateur communiste déplore que les étudiants soient « exclus » des dispositifs du gouvernement et ce alors que la crise sanitaire a privé « la très grande majorité d’entre eux » des emplois qu’ils occupaient pour financer leurs études.

« On ne peut pas dire que les jeunes soient exclus de la politique du gouvernement », lui a répondu Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, avant de lui lancer : « Vous, vous voyez peut-être les files d’attente, moi, il se trouve que j’y vais ! (…) Dans ces files d’attente qui font tellement polémique, on voit des jeunes des étudiants internationaux ». Et d’ajouter : « Nous avons et continueront à soutenir ensemble des jeunes, étudiants y compris ».

De quoi agacer Pierre Ouzoulias : « Vous n’avez répondu à aucune des questions. Peut-être que vous pourrez demander au CNRS de lancer une enquête à ce sujet ! » Avant de conclure : « Je crains que les étudiants ne reviennent jamais à l’université. C’est maintenant que le gouvernement doit agir ! ».

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.