VIDEO. Référé-liberté pour la réouverture des lieux de culture : ils seront quoiqu'il arrive "soumis au couvre-feu", avertit Roselyne Bachelot

Roselyne Bachelot estime sur France Inter jeudi, que les professionnels du cinéma et du théâtre qui ont saisi le Conseil d'Etat en référé-liberté pour demander le réouverture des salles "utilisent les voix de droit qui leur sont ouvertes" et va "regarder avec attention ce qu'il va se passer".

FRANCE INTER / RADIO FRANCE

Alors que plusieurs professionnels du cinéma et du théâtre ont saisi le Conseil d'Etat en référé-liberté pour demander le réouverture des salles, Roselyne Bachelot estime sur France Inter jeudi 17 décembre qu'ils "utilisent les voix de droit qui leur sont ouvertes" et va "regarder avec attention ce qu'il va se passer". Et la ministre de rappeler que, si le Conseil d'Etat autorisait cette réouverture, les lieux de culture seraient, de toute manière, "soumis au couvre-feu", et auront donc l'obligation d'être fermées de 20 heures à 6 heures.

De la "résistance" plutôt que de la "désobéissance"

Par ailleurs, le théâtre d'Albi va symboliquement rouvrir ses portes pendant deux heures aujourd'hui pour accueillir du public, "ce n'est pas de la désobéissance mais de la résistance" dit Martine Legrand qui dirige cette scène nationale, un geste que "comprend" la ministre de la Culture, mais en "appelle à la prudence".

Si Roselyne Bachelot explique qu'elle "comprend ce geste" de vouloir symboliquement réouvrir le théâtre d'Albi, elle précise qu'il faut faire attention à "ne pas mettre en difficulté le personnel de l'institution, car si demain il y avait un cluster dans cette affaire, les employés seraient en danger".

Roselyne Bachelot, le 17 décembre 2020.
Roselyne Bachelot, le 17 décembre 2020. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)