Restaurants clandestins : le président de la branche restauration de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie se dit "dépité" et "choqué"

Hubert Jan, président de la branche restauration de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), estime que l'image des restaurateurs "est dégradée" face à la multiplication des ouvertures clandestines. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Face aux ouvertures de restaurants clandestins, "notre image est dégradée", se désole Hubert Jan. Photo d'illustration.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Le président de la branche restauration de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) se dit "dépité" et "choqué" face à la multiplication d'affaires de restaurants clandestins. Pour Hubert Jan, il est incompréhensible que certains n'aient "pas réfléchis avant d'opérer de cette façon là".

>> Dîners clandestins ou soirées privées entre amis ? On vous explique comment la loi les distingue

Selon le ministère de l'Intérieur, 300 contraventions pour ouverture irrégulière ont été dressées contre des établissements, sur un total de 7 345 restaurants contrôlés à Paris depuis le 30 octobre.

"Ça nous nuit parce que notre image est dégradée", regrette le restaurateur installé dans le Finistère, tout en soulignant que ces phénomènes semblent plutôt "exister dans les grandes villes". "Il faut que justice passe et que les contrôles soient fait", estime-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.