Port du masque dès 6 ans : une bonne mesure, mais "de la discipline en plus" pour les enseignants

Nouveauté de ce deuxième confinement : les écoles resteront ouvertes, mais les enfants dès 6 ans devront porter un masque. Pour les enseignants c'est une bonne mesure, mais qui va être difficile à gérer au quotidien.

Article rédigé par
Théo Conscience - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un élève de primaire accueilli à l'école lors de la rentrée (photo d'illustration). (ALEXIS SCIARD  / MAXPPP)

Ce sera l'une des différences entre le confinement annoncé mercredi 28 octobre par Emmanuel Macron et celui du printemps : les écoles, collèges et lycées resteront ouverts. La rentrée aura bien lieu le lundi 2 novembre prochain avec un protocole sanitaire renforcé : éviter le brassage des élèves avec des horaires aménagés à la cantine, plus d'aération des salles, et surtout le port du masque obligatoire pour les enfants dès 6 ans.

Moins d'inquiétude pour parents et enseignants

Obliger les plus jeunes à porter le masque en classe, est une bonne mesure, selon Pilla, enseignante d'une classe de CM2 à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). D'abord, car elle va permettre d'apaiser tout le monde. "C'est une mesure qui va rassurer à la fois les parents, qui pourraient craindre que leur enfant contracte le virus", anticipe l'enseignante, "Elle va aussi rassurer les enseignants et le personnel de l'école, quant à une contamination possible par les enfants, puisque ça peut arriver quand même."

Plus de temps passé "à faire la police"

Des parents rassurés, les enseignants également. Même si certains, comme Flora, enseignante à la Courneuve (Seine-Saint-Denis), craignent que la logistique en classe deviennent "très compliquée". Cette institutrice ne voudrait pas avoir à passer sa journée à faire "la police" avec sa classe de CP. "Avoir un masque, pour les enfants, ça veut dire jouer avec, le toucher", explique-t-elle, "Je pense que, pour la plupart, ils vont s'amuser à l'enlever. Ça veut dire qu'on va devoir passer notre temps à leur dire 'Remets ton masque, ne le touche pas, porte-le correctement'. Donc, ça va être de la discipline en plus pour nous."

Autre problème potentiel : une communication plus difficile avec les plus jeunes masqués. "D'un point de vue langage, il va être très compliqué de les entendre", remarque Flora, "En CP, on passe beaucoup par l'oral, plus que l’écrit." Malgré ces réserves, les deux enseignantes se réjouissent que l'école soit maintenue pendant ce confinement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.