Les quatre semaines de confinement "ne suffiront pas" à endiguer la deuxième vague du Covid-19, alerte un épidémiologiste

Selon Mircea Sofonea, chercheur en modélisation de l'épidémie de coronavirus, le reconfinement devrait être envisagé au moins jusqu'à la fin décembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La place de la Bastille, lundi 2 novembre 2020. (DELPHINE GOLDSZTEJN / MAXPPP)

Les quatre semaines de confinement "ne suffiront pas", alerte Mircea Sofonea, chercheur en modélisation de l'épidémie de Covid-19, alors que le Conseil scientifique anticipe une "deuxième vague de la pandémie en France" qui "pourrait être plus haute que la première". Il est donc "peu probable que le reconfinement suffise à reprendre le contrôle d’ici à Noël", préviennent les spécialistes.

>>> Covid-19 : suivez les dernières actualités en France et dans le monde via notre direct.

Pour Mircea Sofonea, également maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l’université de Montpellier, le pic d'occupation des services de réanimation est prévu "autour du 1er décembre". Des dates anticipées à partir de "simulations faites sur l'hypothèse d'un confinement moins restrictif qu'au printemps". Selon lui, le reconfinement devrait être envisagé "au moins jusqu'à fin décembre".

La crainte d'une troisième vague "avant l'été"

"Cela va amener à une occupation de ces services [de réanimation] pendant de nombreuses semaines, et donc pendant les fêtes", poursuit-il. Dans ce scénario, le retour à un niveau plus bas de diffusion de l'épidémie, équivalent à celui de début octobre, "n'interviendrait que début février". Malgré l'absence de modélisation sur les mois suivants, Mircea Sofonea craint qu'une troisième vague puisse intervenir "avant l'été", si la vaccination n'est toujours pas disponible.

"Le Japon, la Corée du Sud ou le Vietnam font office de pays modèles", estime-t-il, considérant que "des mesures y ont été prises très tôt" et qu'un "pistage, un traçage, plus intrusif qu'en France a été mis en place", ainsi qu'une "forme de responsabilisation de la population peut être plus importante et plus active".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.