Les effets du confinement sur le climat sont à peine perceptibles, selon une étude de l'Organisation météorologique mondiale

L'agence spécialisée de l'ONU estime que les émissions de CO2 vont baisser de 4 à 7,5% en 2020. Une baisse sensible qui aura peu d'effet sur le réchauffement climatique. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vue de Paris depuis la tour Montparnasse, en décembre 2019.  (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

Les effets du confinement sur le climat sont à peine perceptibles, selon des travaux de l’Organisation météorologique mondiale (agence spécialisée de l'ONU), publiés lundi 23 novembre et auxquels franceinfo a eu accès.

Ces données révèlent notamment une nouvelle estimation des émissions de CO2 (dioxyde de carbone) pour cette année 2020. Le bilan n’est pas définitif mais l'Organisation météorologique mondiale avance une chute des émissions entre 4 et 7,5%. Cette baisse n’aura quasiment aucun impact sur les concentrations et le réchauffement climatique, selon les résultats de cette étude car il faut distinguer les émissions et les concentrations.  

Le confinement a juste ralenti la hausse

Avec le confinement, les émissions cette année ont sensiblement baissé. Pour autant, les concentrations de CO2 dans l’atmosphère, qui sont responsables du réchauffement climatique, sont toujours aussi massives. Elles avaient fait un bond l’an passé. Et elles sont encore en train d’augmenter dans plusieurs points du globe.  

Le CO2 met des siècles à se résorber et le confinement n’a pas d’effet coup de frein sur l’accumulation des gaz à effet de serre. Il a tout juste permis de ralentir l’augmentation.

Concernant le ralentissement des rejets de cette année, moins 7,5%, il faudrait en faire autant chaque année pendant 10 ans pour se donner une chance de limiter le réchauffement à 1,5 degré, d’après les projections des Nations unies.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.