Déconfinement progressif : un commerçant dénonce "une ineptie" d'autoriser des manifestations le jour de sa réouverture

Trois manifestations, dont une des "gilets jaunes", sont prévues à Metz, le même jour que la réouverture des commerces non-essentiels.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le centre-ville de Metz. Photo d'illustration. (JULIE SENIURA / RADIO FRANCE)

À la veille de la réouverture des commerces jugés non-essentiels, un commerçant messin s'insurge sur franceinfo que des manifestations soient autorisées samedi 28 novembre. Trois manifestations, dont une des "gilets jaunes", sont prévues à Metz. Nicolas Marsicano s'inquiète donc que les accès au centre-ville soient "vraisemblablement fermés". Il dénonce "une ineptie d'autoriser ces rassemblements en plein confinement".

"Vous vous imaginez rouvrir dans ces conditions ?"

Nicolas Marsicano, commerçant

à franceinfo

La réouverture de son commerce ne sera pas facilitée non plus par sa situation géographique, à 50 kilomètres du Luxembourg. Selon lui, "il y a beaucoup de frontaliers français" qui ont bravé le confinement pour aller y faire leurs achats de Noël alors qu'ils prétendaient y faire des achats de première nécessité. Avec la réouverture des commerces, Nicolas Marsicano espère que ces pratiques cesseront même si, selon lui, "quand on coche la case achats de première nécessité, nous ne sommes ni limité dans le temps, ni en kilomètres". Il appelle à "une prise de conscience" et à "du civisme" des clients français. "Il faut privilégier les commerces de proximité qui rouvrent demain, c'est vital !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.