Dans la métropole de Lyon, un médecin anti-masque interdit d'exercer pendant cinq mois par l'Agence régionale de santé

Cette mesure de suspension temporaire à l'encontre du pneumologue a été décidée "au regard des enjeux de santé publique"justifie l'ARS vendredi 11 décembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un masque chirurgical abandonné dans la rue à Paris. (AURÉLIEN ACCART / FRANCE-INFO)

Cinq mois de suspension. C'est la sanction qu'a prononcé l'Agence régionale de santé (ARS) concernant le cas d'un pneumologue de la métropole de Lyon, Patrick Bellier, vendredi 11 décembre. Ce dernier refuse de porter un masque et d'examiner des patients masqués.

Cette mesure de suspension temporaire à l'encontre du docteur Bellier a été décidée "au regard des enjeux de santé publique", justifie l'ARS. Elle est effective "à compter du jour de sa signification au médecin, c'est-à-dire le 8 décembre", a précisé l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes à l'AFP, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès (article disponible pour les abonnés)"Je suis interdit d'exercer pendant cinq mois parce que je refuse de porter un masque. Bienvenue dans la dictature Macron !", s'est insurgé le praticien, joint par l'AFP.

Une mesure conservatoire

L'ARS précise qu'il s'agit d'une "mesure conservatoire, le temps que la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins qui a été saisie par l'ARS, et aussi par le Conseil départemental de l'Ordre des médecins (CDOM) du Rhône, statue".

"Je suis pneumologue, il faut que je voie la tête des gens !", s'était exclamé le médecin à l'occasion de sa convocation par le CDOM du Rhône en septembre. "Je ne suis pas un extrémiste mais porter un masque, c'est inutile et ça m'emmerde !". L'absence de modification dans le comportement du médecin et de nouveaux agissements avaient conduit le CDOM du Rhône à saisir l'ARS "afin qu'une mesure puisse être édictée rapidement au regard de la réitération des faits", indique l'Agence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.