Crise économique : le groupe Printemps envisage de supprimer près de 500 emplois

Particulièrement éprouvée par l'actuelle crise économique, la chaîne de magasins Printemps a annoncé, mardi 10 novembre, la fermeture à venir de sept sites. D'autres grands groupes font également face à de grandes difficultés.

À Strasbourg (Bas-Rhin), le magasin Printemps, situé au cœur de la ville, va fermer ses portes définitivement d’ici fin 2021. "On pense souvent aux petits commerçants, là on s’aperçoit que ces grandes marques peuvent aussi être touchées par cette crise", remarque un habitant. Le groupe a annoncé mardi 10 novembre la fermeture de quatre magasins Printemps et de trois Citadium en France. Ils sont tous déficitaires. 

D'autres grands groupes durement touchés

La direction doit transformer son modèle pour mettre un terme aux pertes : 428 suppressions de postes sont envisagées. Pour le syndicat Central CGT Printemps, la décision est prématurée. "Le Printemps ne joue pas le jeu, estime Jean-Jacques Liebert, délégué syndical. Les magasins sont là, il y a de la clientèle, si on s’oriente plus vers de la clientèle haut-de-gamme, elle est là la clientèle." D'autres grandes entreprises sont concernées, comme Airbus (5 000 postes supprimés en France), Auchan (1 500), Nokia (1 200) ou encore Renault (4 600).

Le JT
Les autres sujets du JT
Le magasin Printemps situé boulevard Haussmann, à Paris, le 28 mai 2020.
Le magasin Printemps situé boulevard Haussmann, à Paris, le 28 mai 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)