Covid-19 : redoutant un confinement comme à Shanghai, les habitants de Pékin font des stocks de nourriture

La situation de Shanghai fait peur à de nombreux Chinois qui ont commencé à faire des stocks de nourriture. C’est le cas à Pékin où beaucoup d'habitants achètent des denrées en quantité importante, à utiliser en cas de confinement.

Article rédigé par
Sébastien Berriot - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le marché Shengfu à Pékin. (SÉBASTIEN BERRIOT / RADIOFRANCE)

Dans le grand marché Shengfu à Pékin, tout le monde ou presque a entendu parler des familles de Shanghai en détresse, à la recherche de nourriture. Après 15 jours de confinement total lié à l'épidémie de Covid-19, les frigos sont vides et certains habitants de Shanghai n'ont plus rien à manger.

À Pékin, la situation est différente, la capitale n'est pas confinée. Cette semaine moins d'une dizaine de cas positifs au Covid-19 ont été enregistrés, contre plus de 20 000 cas quotidiens à Shanghai. Mais la situation de la capitale économique fait peur au reste de la Chine, et à Pékin les habitants préfèrent anticiper et se préparer à un possible confinement dans les prochains jours ou les prochaines semaines. Ils ont donc entrepris de faire d'importants stocks de nourriture.

Le marché Shengfu à Pékin. (SÉBASTIEN BERRIOT / RADIOFRANCE)

"J’ai assez d’’approvisionnement chez moi. S’il y a l’épidémie, j’ai de quoi tenir un ou deux mois, pas de soucis."

une consommatrice

à franceinfo

Les achats de viande ont notamment beaucoup augmenté. Dans les boucheries, les commerçants constatent le changement : "Presque chaque personne qui vient ici achète davantage, une moyenne de 140 euros pour le porc. Les gens emportent la viande dans des grands sacs pour stocker. Ils demandent à ce que ce soit coupé en petits morceaux pour mettre au congélateur."

Les autorités se veulent rassurantes, expliquant avoir pris toutes les mesures nécessaires pour garantir l’approvisionnement de la capitale en denrées alimentaires et en produits de première nécessité. Les camions transportant des denrées ont obtenu des facilités de circulation, contrairement à tous les autres véhicules arrivant à Pékin qui sont soumis à de sévères restrictions sanitaires.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.