Covid-19 : Médecins sans frontières appelle à la mobilisation pour soutenir les Ehpad face à la deuxième vague

L'association invite les médecins, infirmier.es ou psychologues à se faire connaître pour apporter un support médical additionnel aux Ehpad.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une pensionnaire d'une maison de retraite en Lorraine (photo d'illustration). (CÉCILE SOULÉ / RADIOFRANCE)

Alors que la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 touche la France et notamment les Ehpad, l'association Médecins sans frontières (MSF) lance un appel à la mobilisation pour soutenir les personnels de ces établissements. "Nous avons vraiment besoin de renfort pour soutenir à la fois le moral des équipes, mais aussi un appui technique, médical et paramédical dans les Ehpad", explique Marie Thomas, psychologue et responsable des activités de santé mentale liées à la Covid-19 pour MSF, sur franceinfo.

Un "recrutement" avec un "appel à candidature" a été mis en place sur le site de MSF. Depuis la première vague de Covid-19, l'association s'est proposée "en appui au personnel des Ehpad, notamment dans l'organisation, l'échange par rapport aux informations médicales et scientifiques, et une prise en charge lorsque cela était nécessaire", rappelle sur France Inter mercredi 11 novembre Olivia Gayraud, coordinatrice chez MSF du projet d'appui aux Ehpad.

>> "La vieillesse et la fin de vie font peur" : avec le Covid-19, les Ehpad peinent plus que jamais à recruter

Dans ses missions, MSF intervient souvent à l'étranger pour porter "assistance à des populations dont la vie et la santé est menacée, notamment dans les conflits et catastrophes naturelles mais aussi pour les épidémies et en cas d'exclusion des soins", comme c'est le cas dans certaines résidences pour personnes âgées dépendantes depuis l'épidémie de coronavirus, détaille la coordinatrice. "On a une expertise dans la gestion de crise et notamment en milieu collectif", appuie-t-elle.

"De nombreux Ehpad n'ont pas d'infirmiers la nuit"

Depuis le mois d'avril, les équipe de MSF constatent "des risques psychosociaux pour tout le personnel des Ehpad, évidemment les soignants, mais on pense également aux personnes qui ont la responsabilité de l'hygiène, aux personnes de l'accueil, aux psychologues, psychomotriciens, ergothérapeutes, aux cadres et aux directeurs d'Ehpad", rapporte la psychologue Marie Thomas. Il y a "un vrai sentiment d'abandon et d'isolement, mais il y a aussi de la symptomatologie qui nous inquiète, de la fatigue physique et psychique, des risques en termes de psycho traumatisme par rapport à tout ce qu'ils ont vécu".

Le personnel s'est senti extrêmement isolé, dans la prise en charge et l'accompagnement des fins de vie. Le personnel, qui était parfois non infirmier, a été particulièrement choqué par des situations de fin de vie difficiles. 

Olivia Gayraud, coordinatrice chez MSF

à France Inter

"Nous avons deux groupes de bénéficiaires : nous soutenons le personnel, et cette action permet, nous l'espérons, de soutenir aussi les résidents", présente Marie Thomas. Pour venir en renfort de cette action, MSF recherche "des infirmiers, des médecins et des psychologues, qui ont une certaine sensibilité pour travailler auprès de personnes âgées en institution, qui ont des capacités de gestion du stress et une certaine flexibilité dans nos actions".

L'association souhaite monter "des équipes mobiles et médicales pour les Ehpad au niveau de l'Île-de-France et si possible au niveau national". Cet appel lancé cible des candidats "au niveau national, et aussi international", détaille la pyschologue. "De nombreux Ehpad n'ont pas d'infirmiers la nuit", alerte Olivia Gayraud. Le personnel est usé "physiquement et psychiquement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.