Covid-19 : l'Île-de-France échappe au confinement, malgré un taux d'incidence élevé

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : l'Île-de-France échappe au confinement, malgré un taux d'incidence élevé
France 3
Article rédigé par
A-C. Roth, F. Mathieux, J-C. Batteria, Z. Berkous, M. Petitjean, P. Crapoulet, F. Pairaud - France 3
France Télévisions

Alors que des restrictions ont été mises en place à Dunkerque (Nord) en raison de l'épidémie de Covid-19, aucun confinement n'a encore été décidé pour l'Île-de-France. Dans les hôpitaux, les soignants ne comprennent pas cette stratégie, car la situation se dégrade très vite. 

L'Île-de-France est une région placée sous très haute surveillance en raison de la forte propagation du Covid-19. Alors que les voyants sont au rouge, le directeur général de la Santé a exclu mardi 9 mars tout reconfinement à court terme. "Le confinement de l'Île-de-France n'est pas d'actualité, (...) cette mesure de dernier recours sera proposée au gouvernement et au chef de l'État si nous avions l'impression que l'hôpital ne pouvait pas tenir", a déclaré Jérôme Salomon sur RTL.

Un taux d'incidence plus élevé que dans le Pas-de-Calais

Pourtant, la pression hospitalière est déjà forte en Île-de-France. Plus de 1 000 patients Covid sont actuellement hospitalisés en soins critiques et 90 % des lits en réanimation sont occupés. En Seine-et-Marne, le département où la situation est la plus difficile, le taux d'occupation des réanimations s'élève à 164 %.

De plus, le nombre de cas pour 100 000 habitants continue d'augmenter : le taux d'incidence en Seine-Saint-Denis atteint 433, contre 404 dans le Pas-de-Calais ; or, ce département est soumis au confinement le week-end. "Il n'y avait aucun argument sanitaire, médical ou scientifique pour traiter différemment l'Île-de-France du Pas-de-Calais", affirme le professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation de l'hôpital Raymond Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.